Plan de rigueur : les riches ne se serreront pas la ceinture

Annoncé hier soir par François Fillon, le plan de rigueur du gouvernement devrait permettre d’économiser 1 milliard d’euros en 2011 et 11 milliards en 2012.

Cette ensemble de mesures fiscales destiné à réduire la dette publique colossale de la France (1 646,1 milliards d’euros, soit environ 84,5 % du PIB) est présenté comme un effort « collectif ».

Pourtant,  ces économies de l’Etat ne seront pas réalisées sur le dos des plus riches.

Devinez sur lequel ?

Le plan de rigueur de François Fillon

mesures fiscales du gouvernement

Le premier ministre a présenté hier soir un ensemble de mesures visant à réaliser des économies :

Taxe sur les hauts revenus (3% sur le revenu fiscal de référence (capital et travail) à partir de 500.000 euros).

– Hausse de 1,2% des prélèvements sociaux sur les hauts revenus du capital.

Taxe sur les heures supplémentaires pour les entreprises.

– Modification de la taxation des plus values immobilières (2,2 milliards d’euros d’économies prévues en 2012).

– Coup de rabot de 10% sur une vingtaine de niches fiscales (investissements en Outre-mer, investissement dans le logement locatif (loi Scellier), crédit d’impôt sur les équipements écologiques).

– Hausse de 6% des taxes sur le prix du tabac, de l’alcool et des sodas

– Hausse des taxes sur les complémentaires santé et les assurances vie (1,1 milliard d’euros d’économies prévues en 2012.

– Modification de l’impôt sur les sociétés

– Hausse du forfait social de 2% (prélèvement payé par l’employeur sur les sommes qu’il verse à ses salariés au titre de l’épargne salariale comme la participation ou l’intéressement…)

Indégnablement, ce plan de rigueur se fera essentiellement sur le dos des classes moyennes et basses :

La hausse annoncée des taxes sur les sodas, les alcools, le tabac, les assurances vie, les mutuelles et les plus-values immobilières rapportera plusieurs milliards d’euros à l’Etat alors que la contribution imposée aux plus riches sera de l’ordre de 200 millions d’euros, une économie symbolique.


Le plan de rigueur de Liliane bettancourt

Quatre ans après l’adoption du bouclier fiscal, une réforme l’a supprimé en 2011.

Cette mesure aura coûté à l’Etat 586 millions d’euros en 2009, 678 millions d’euros en 2010 et 750 millions d’euros pour l’année 2011.

En parallèle, l’allègement de l’ISF enlèvera une ressource financière pourtant nécessaire à Bercy.

Pourtant cette réforme du bouclier fiscal ne sera pas décisive pour le train de vie de Liliane Bettencourt.

En effet, selon le Canard enchainé, durant un an ou deux, la femme la plus riche de France verra ses impôts divisés par 4, passant, pour l’impôt sur le revenu et l’ISF, de 40 millions (en 2010) à 10 millions, pour des revenus annuels avoisinants les 250 millions.

Ce taux d’imposition représente environ 4 % de ses revenus effectifs, soit le taux appliqué à un contribuable touchant 1 300 euros net par mois.

Explication :

La réforme divise le taux de l’ISF par 3 afin de compenser la fin du bouclier fiscal.

Or, le bouclier fiscal est calculé sur les revenus perçus deux années plus tôt. Pour 2011 et 2012, les contribuables soumis à l’ISF bénéficieront donc du taux réduit de l’ISF ET du remboursement du bouclier fiscal.

Ainsi, en 2010, Liliane Bettencourt devait s’acquitter de 40 millions d’euros au titre l’ISF et de 32 millions au titre de ses revenus de 2009.

Sur cette somme totale, elle a reçu un chèque de remboursement de 32 millions d’euros en tant que bénéficiaire du bouclier fiscal. Elle a donc payé au final, 40 millions d’impôt.

En 2011 et 2012, elle paiera 42 millions (10 millions d’ISF après la réforme et 32 millions d’impôt sur les revenus).

Cependant, elle pourra toujours en déduire son bouclier fiscal, soit 32 millions.

Elle ne paiera donc en réalité que 10 millions d’euros d’impôt…

Hasard du calendrier fiscal, Liliane Bettencourt, a annoncé mercredi dernier avoir récupéré la propriété de l’île d’Arros (Seychelles), dont elle ne peut se résoudre à se séparer.

île d'Arros-Liliane-Bettencourt

île d’Arros aux Seychelles, propriété de Liliane Bettencourt


Ces articles pourraient vous intéresser aussi :

1 réflexion au sujet de “Plan de rigueur : les riches ne se serreront pas la ceinture”

Laisser un commentaire