Ce qu’ on ne vous dit pas sur votre argent ! [Article Invité]

Vous êtes-vous déjà demandé d’où venait votre argent ? Comment il fonctionne et comment il a été créé ?

On apprend des tas de choses à l’école plus ou moins utiles pour réussir dans la vie, mais on ne nous apprend curieusement pas grand chose sur ce qui « fait tourner le monde » : l’argent !

L’argent est pourtant lié à tout ce que nous faisons et l’immobilier n’échappe pas à la règle, que ce soit lors de l’achat d’un terrain, la construction d’une maison, la rénovation d’un appartement… Pour Dessine-moi-une-maison.fr, je vous révèle l’envers du décor de la création de monnaie…

Il circule actuellement une histoire sur Internet concernant l’argent-dette et qui tente à montrer du doigt que chacun d’entre-nous, y compris les États, utilise l’argent de l’autre pour payer sa dette – car nous sommes tous endettés – créant ainsi une grande chaîne improductive juste pour régler les dettes des uns et des autres aux uns et aux autres.

Dans ce schéma où B utilise l’argent de A pour payer sa dette à C, qui lui-même utilise l’argent de B pour payer sa dette à D, qui lui-même utilise l’argent de C pour payer sa dette à E, …. A utilisant l’argent de Z pour payer sa dette à B… chacun éteint juste sa dette mais ne produit rien. Voilà pourquoi les banques rechignent à nous prêter de l’ argent puisqu’ elles ne s’ enrichissent que si nous sommes endettés!

Cette histoire pourrait être résumer comme suit: Que ce soit A,B,C…Z, tous doivent de l’argent non pas aux uns et aux autres mais à la banque au final puisque notre argent est de l’argent-dette!

La grande gagnante est donc bel et bien la banque, seule créancière et bénéficiaire d’intérêts !

En d’autres termes, notre système monétaire a été conçu pour que nous ne travaillions que dans le but d’enrichir la banque sans que vous ne vous en rendiez compte et pendant que vous vous appauvrissez…

banques

Comment est née la monnaie ?

Les premières monnaies remontent aux racines de l’humanité !

Les peuples les plus anciens se dotaient d’un étalon d’échange par des objets reconnus de chacun pour leur valeur et leur rareté afin de permettre les échanges de biens. Ils utilisaient également des symboles pour procéder à leur dénombrement comptables. Chaque peuple avait ainsi sa propre « monnaie ».

Les métaux précieux occupèrent très vite une place privilégiée; L’or et l’argent étaient ainsi déjà utilisés des millénaires avant Jésus-Christ.

Pourtant, l’idée de frapper des pièces en métal précieux et de mette en oeuvre un système monétaire complet ne naîtra que quelques siècles av. J-C.

Jusqu’à la révolution française, on échangera par exemple 10 grammes d’or contre tout produit qui vaudra 10 grammes d’or, une unité de compte équivalant  à une unité de poids en or ou en argent.

Mais une trop grande production entraînant une dévaluation de la monnaie quelle qu’elle soit, va d’abord démonétisé l’argent au profit unique de l’or. Et c’est avec la naissance des banques que sera d’abord instauré un nouveau genre de monnaie nommée « argent dette », puis initiée la mort de l’étalon-or (les monnaies papier ne seront plus convertibles en or après les deux guerres mondiales), permettant la domination absolue des banques telles que nous les connaissons aujourd’hui.

En effet, la monnaie papier n’ayant plus de valeur physique puisque une unité de compte (la monnaie papier) ne correspond plus à une unité de poids d’un métal précieux tel que l’or, les banques créent ainsi de la dette des citoyens et des États envers les banques grâce à cette ingénieuse invention qui leur permet de s’enrichir pendant que les citoyens et les État s’endettent !

Et les banques, comment sont-elles nées ?

Vers le milieu du 17 sème siècle, sont apparues les premières « banques » qui étaient en fait des boutiques d’orfèvres servant de consignes aux objets précieux des marchands qui payaient la garde. Ils recevaient en échange un reçu à leur nom indiquant leurs dépôts de manière détaillée afin qu’ils puissent les récupérer quand ils le souhaitaient.

Très vite, les orfèvres vont se rendre compte qu’ils peuvent gagner davantage d’argent avec ces dépôts en remplaçant le détail des objets sur les reçus par une écriture monétaire – la livre sterling – afin que les retraits des déposants ne se fassent plus sur leurs propres dépôts, mais sur les dépôts de l’ensemble des déposants. Les reçus deviennent alors des titres avec une valeur faciale en livre sterling.

L’avantage de ces titres pour les marchands (et argument officiel des banques pour émettre ces titres) étaient d’être dispensés de récupérer les objets de valeur déposés pour régler leurs achats ou impôts. Le titre garantissant à lui seul le paiement, il devenait plus facile et rapide de faire des échanges. En effet, plutôt que de devoir aller rechercher ses biens consignés pour payer afin qu’ensuite, celui qui recevait les biens aille de toute façon les consigner à nouveau, l’évidence de simplement échanger des titres en laissant les biens de valeur en consigne se faisait criante !

Pour « nos » orfèvres, l’avantage évident était d’avoir la possibilité de faire fructifier les biens précieux des déposants en ayant limité leurs retraits par l’émission de ces titres. Ça ne vous rappelle rien ?! …

Les orfèvres vont alors commencer à remettre à leurs déposants des billets tous identiques afin de permettre au déposant de pouvoir emprunter des sommes plus importante en billets qu’il ne possède d’or ou d’argent en consigne, créant ainsi une dette envers l’orfèvre !

La création monétaire de l’argent dette venait de naître en même temps que la banque au sens moderne, mais pas encore celle que nous connaissons…

Dessine-moi la monnaie fiduciaire ou notre système monétaire actuel

La première « grande guerre » signe le début de la fin de l’or en tant qu’unité de mesure tel que nous l’avons vu.

En juillet 1944, le dollar demeure la seule monnaie encore convertible en or et ce, jusque’en 1971 où la convertibilité du dollar en or sera définitivement supprimée.

un dollar américain

Les monnaies de chaque pays varient alors entre elles librement en fonction de l’offre et de la demande et selon la quantité de crédit émise par chaque État; Leurs cours s’établissent désormais sur le marché des changes.

Ce nouveau système où la monnaie n’est plus garantie par de l’or en réserve et où la dette a remplacé le rôle de contrepartie des métaux précieux, engendre récessions, crises successives, bulles immobilières et Internet…

Ce nouveau système est le système monétaire tel que nous le connaissons et cette nouvelle forme de monnaie scripturale est la nôtre aujourd’hui, c’est la monnaie fiduciaire. Elle a la particularité de pouvoir être créée à partir de rien par les banques mais toujours en générant davantage de dette envers celle-ci par le mécanisme du crédit!

Que vous fassiez un emprunt à la banque pour vous acheter une maison ou qu’un État fasse un emprunt pour participer à des guerres ou financer son fonctionnement, l’argent dette est créé alors même qu’il n’existe pas physiquement (c’est juste une écriture comptable) et en même temps qu’il est détruit avec le remboursement de ces dettes (emprunts + intérêts à la banque).

Ce système reposant sur la confiance qu’on lui accorde tous, enrichit les banques pendant que les États et les citoyens s’appauvrissent… Si tous les citoyens retiraient leur argent physique (les billets de banque) en même temps, le système s’écroulerait puisque la banque ne possède réellement pas l’argent dans ses coffres vous l’aurez compris.

Pour préserver au maximum le système, les banques incitent donc au maximum aux moyens électroniques de circulation de l’argent puisqu’ils ne nécessitent qu’une écriture comptable. Mais la contrepartie d’une circulation plus rapide de l’argent par des moyens virtuels est l’apparition d’ un autre facteur d’appauvrissement qu’ est l’inflation…

Ce système très puissant, auquel nous ne pouvons nous soustraire, sur le model duquel nous construisons également tout (nos investissements, nos entreprises, nos vies…) et qui ne repose que sur la confiance de ceux qui s’appauvrissent (citoyens et États) au profit unique de celles qui l’ont enfanté (les banques), sent forcément le « jeu qui va mal finir ».

Alors emprunt ou pas emprunt ?

Que nous ne puissions nous soustraire du système, que certains ne le veuillent pas, ou que d’autres trouvent ce changement souhaitable, chercher à vous enrichir, à comprendre l’argent et ses mécanismes, à savoir faire avec votre argent quels que soient vos revenus aujourd’hui engendre une liberté de choisir ce qu’il y a de mieux pour Vous, les vôtres, les autres même…

« la monnaie est de la liberté frappée » – Dostoïevski

Pour vous enrichir, le crédit immobilier demeure un fabuleux outil à effet levier dans les investissements immobiliers, en ce sens qu’il vous permet de vous constituer un patrimoine sans utiliser votre argent mais celui de la banque et des revenus locatifs et/ou des plus-values qui financent votre patrimoine.

Avec les bonnes techniques, vous pouvez ainsi être à la tête d’un patrimoine immobilier que vous n’aurez pas financé par votre argent mais dont vous serez bel et bien propriétaire !

immobilier de luxe

L’emprunt qui finance des achats qui ne vous rapporteront rien ou vous feront perdre de l’argent (de manière générale tous les biens de consommation mais pas seulement…) a un effet levier vers l’appauvrissement, comme l’emprunt dans une démarche stratégique d’investissement est un excellent outil accélérateur de richesse !

À vos rêves,

Isabelle – investisseuse et entrepreneur passionnée par les mécanismes d’enrichissement et l’immobilier, auteur de www.destination-epargne.com et www.destination-maison.com


Faites réagir votre réseau, diffusez l'info ! :