Ce qu’ on ne vous dit pas sur votre argent ! [Article Invité]

argent

Vous êtes-vous déjà demandé d’où venait votre argent ? Comment il fonctionne et comment il a été créé ?

On apprend des tas de choses à l’école plus ou moins utiles pour réussir dans la vie, mais on ne nous apprend curieusement pas grand chose sur ce qui « fait tourner le monde » : l’argent !

L’argent est pourtant lié à tout ce que nous faisons et l’immobilier n’échappe pas à la règle, que ce soit lors de l’achat d’un terrain, la construction d’une maison, la rénovation d’un appartement… Pour Dessine-moi-une-maison.fr, je vous révèle l’envers du décor de la création de monnaie…

Il circule actuellement une histoire sur Internet concernant l’argent-dette et qui tente à montrer du doigt que chacun d’entre-nous, y compris les États, utilise l’argent de l’autre pour payer sa dette – car nous sommes tous endettés – créant ainsi une grande chaîne improductive juste pour régler les dettes des uns et des autres aux uns et aux autres.

Dans ce schéma où B utilise l’argent de A pour payer sa dette à C, qui lui-même utilise l’argent de B pour payer sa dette à D, qui lui-même utilise l’argent de C pour payer sa dette à E, …. A utilisant l’argent de Z pour payer sa dette à B… chacun éteint juste sa dette mais ne produit rien. Voilà pourquoi les banques rechignent à nous prêter de l’ argent puisqu’ elles ne s’ enrichissent que si nous sommes endettés!

Cette histoire pourrait être résumer comme suit: Que ce soit A,B,C…Z, tous doivent de l’argent non pas aux uns et aux autres mais à la banque au final puisque notre argent est de l’argent-dette!

La grande gagnante est donc bel et bien la banque, seule créancière et bénéficiaire d’intérêts !

En d’autres termes, notre système monétaire a été conçu pour que nous ne travaillions que dans le but d’enrichir la banque sans que vous ne vous en rendiez compte et pendant que vous vous appauvrissez…

banques

Comment est née la monnaie ?

Les premières monnaies remontent aux racines de l’humanité !

Les peuples les plus anciens se dotaient d’un étalon d’échange par des objets reconnus de chacun pour leur valeur et leur rareté afin de permettre les échanges de biens. Ils utilisaient également des symboles pour procéder à leur dénombrement comptables. Chaque peuple avait ainsi sa propre « monnaie ».

Les métaux précieux occupèrent très vite une place privilégiée; L’or et l’argent étaient ainsi déjà utilisés des millénaires avant Jésus-Christ.

Pourtant, l’idée de frapper des pièces en métal précieux et de mette en oeuvre un système monétaire complet ne naîtra que quelques siècles av. J-C.

Jusqu’à la révolution française, on échangera par exemple 10 grammes d’or contre tout produit qui vaudra 10 grammes d’or, une unité de compte équivalant  à une unité de poids en or ou en argent.

Mais une trop grande production entraînant une dévaluation de la monnaie quelle qu’elle soit, va d’abord démonétisé l’argent au profit unique de l’or. Et c’est avec la naissance des banques que sera d’abord instauré un nouveau genre de monnaie nommée « argent dette », puis initiée la mort de l’étalon-or (les monnaies papier ne seront plus convertibles en or après les deux guerres mondiales), permettant la domination absolue des banques telles que nous les connaissons aujourd’hui.

En effet, la monnaie papier n’ayant plus de valeur physique puisque une unité de compte (la monnaie papier) ne correspond plus à une unité de poids d’un métal précieux tel que l’or, les banques créent ainsi de la dette des citoyens et des États envers les banques grâce à cette ingénieuse invention qui leur permet de s’enrichir pendant que les citoyens et les État s’endettent !

Et les banques, comment sont-elles nées ?

Vers le milieu du 17 sème siècle, sont apparues les premières « banques » qui étaient en fait des boutiques d’orfèvres servant de consignes aux objets précieux des marchands qui payaient la garde. Ils recevaient en échange un reçu à leur nom indiquant leurs dépôts de manière détaillée afin qu’ils puissent les récupérer quand ils le souhaitaient.

Très vite, les orfèvres vont se rendre compte qu’ils peuvent gagner davantage d’argent avec ces dépôts en remplaçant le détail des objets sur les reçus par une écriture monétaire – la livre sterling – afin que les retraits des déposants ne se fassent plus sur leurs propres dépôts, mais sur les dépôts de l’ensemble des déposants. Les reçus deviennent alors des titres avec une valeur faciale en livre sterling.

L’avantage de ces titres pour les marchands (et argument officiel des banques pour émettre ces titres) étaient d’être dispensés de récupérer les objets de valeur déposés pour régler leurs achats ou impôts. Le titre garantissant à lui seul le paiement, il devenait plus facile et rapide de faire des échanges. En effet, plutôt que de devoir aller rechercher ses biens consignés pour payer afin qu’ensuite, celui qui recevait les biens aille de toute façon les consigner à nouveau, l’évidence de simplement échanger des titres en laissant les biens de valeur en consigne se faisait criante !

Pour « nos » orfèvres, l’avantage évident était d’avoir la possibilité de faire fructifier les biens précieux des déposants en ayant limité leurs retraits par l’émission de ces titres. Ça ne vous rappelle rien ?! …

Les orfèvres vont alors commencer à remettre à leurs déposants des billets tous identiques afin de permettre au déposant de pouvoir emprunter des sommes plus importante en billets qu’il ne possède d’or ou d’argent en consigne, créant ainsi une dette envers l’orfèvre !

La création monétaire de l’argent dette venait de naître en même temps que la banque au sens moderne, mais pas encore celle que nous connaissons…

Dessine-moi la monnaie fiduciaire ou notre système monétaire actuel

La première « grande guerre » signe le début de la fin de l’or en tant qu’unité de mesure tel que nous l’avons vu.

En juillet 1944, le dollar demeure la seule monnaie encore convertible en or et ce, jusque’en 1971 où la convertibilité du dollar en or sera définitivement supprimée.

un dollar américain

Les monnaies de chaque pays varient alors entre elles librement en fonction de l’offre et de la demande et selon la quantité de crédit émise par chaque État; Leurs cours s’établissent désormais sur le marché des changes.

Ce nouveau système où la monnaie n’est plus garantie par de l’or en réserve et où la dette a remplacé le rôle de contrepartie des métaux précieux, engendre récessions, crises successives, bulles immobilières et Internet…

Ce nouveau système est le système monétaire tel que nous le connaissons et cette nouvelle forme de monnaie scripturale est la nôtre aujourd’hui, c’est la monnaie fiduciaire. Elle a la particularité de pouvoir être créée à partir de rien par les banques mais toujours en générant davantage de dette envers celle-ci par le mécanisme du crédit!

Que vous fassiez un emprunt à la banque pour vous acheter une maison ou qu’un État fasse un emprunt pour participer à des guerres ou financer son fonctionnement, l’argent dette est créé alors même qu’il n’existe pas physiquement (c’est juste une écriture comptable) et en même temps qu’il est détruit avec le remboursement de ces dettes (emprunts + intérêts à la banque).

Ce système reposant sur la confiance qu’on lui accorde tous, enrichit les banques pendant que les États et les citoyens s’appauvrissent… Si tous les citoyens retiraient leur argent physique (les billets de banque) en même temps, le système s’écroulerait puisque la banque ne possède réellement pas l’argent dans ses coffres vous l’aurez compris.

Pour préserver au maximum le système, les banques incitent donc au maximum aux moyens électroniques de circulation de l’argent puisqu’ils ne nécessitent qu’une écriture comptable. Mais la contrepartie d’une circulation plus rapide de l’argent par des moyens virtuels est l’apparition d’ un autre facteur d’appauvrissement qu’ est l’inflation…

Ce système très puissant, auquel nous ne pouvons nous soustraire, sur le model duquel nous construisons également tout (nos investissements, nos entreprises, nos vies…) et qui ne repose que sur la confiance de ceux qui s’appauvrissent (citoyens et États) au profit unique de celles qui l’ont enfanté (les banques), sent forcément le « jeu qui va mal finir ».

Alors emprunt ou pas emprunt ?

Que nous ne puissions nous soustraire du système, que certains ne le veuillent pas, ou que d’autres trouvent ce changement souhaitable, chercher à vous enrichir, à comprendre l’argent et ses mécanismes, à savoir faire avec votre argent quels que soient vos revenus aujourd’hui engendre une liberté de choisir ce qu’il y a de mieux pour Vous, les vôtres, les autres même…

« la monnaie est de la liberté frappée » – Dostoïevski

Pour vous enrichir, le crédit immobilier demeure un fabuleux outil à effet levier dans les investissements immobiliers, en ce sens qu’il vous permet de vous constituer un patrimoine sans utiliser votre argent mais celui de la banque et des revenus locatifs et/ou des plus-values qui financent votre patrimoine.

Avec les bonnes techniques, vous pouvez ainsi être à la tête d’un patrimoine immobilier que vous n’aurez pas financé par votre argent mais dont vous serez bel et bien propriétaire !

immobilier de luxe

L’emprunt qui finance des achats qui ne vous rapporteront rien ou vous feront perdre de l’argent (de manière générale tous les biens de consommation mais pas seulement…) a un effet levier vers l’appauvrissement, comme l’emprunt dans une démarche stratégique d’investissement est un excellent outil accélérateur de richesse !

À vos rêves,

Isabelle – investisseuse et entrepreneur passionnée par les mécanismes d’enrichissement et l’immobilier, auteur de www.destination-epargne.com

8 réponses
  1. Henri
    Henri dit :

    C’est incroyable de se dire que par exemple, le fait de faire un crédit pour acheter une voiture et de la revendre tout de suite, a permis grâce à de l’argent virtuelle (=les banques n’ont pas forcément cet argent comme elles peuvent faire des crédits plsu importants que leur capital) d’avoir de l’argent réel, ce qu’on appelle de l’argent dette.
    Mr tout le monde est capable de jouer avec la dette!

    Répondre
    • Isabelle
      Isabelle dit :

      Bonjour Henri,

      Merci pour votre commentaire!

      Tout le monde est capable de jouer avec la dette dans une certaine mesure. Car au final, seule la banque gagne réellement à ce « jeu ». Sauf si avec l’ argent créé par la vente de la voiture, pour reprendre votre exemple, vous investissez dans un actif tangible bien choisi pour éviter la dévaluation de votre gain encore une fois au profit des banques…

      Car ce que vous appelez « argent réel » n’ est en réalité que des bouts de papier ( bientôt ce ne sera plus que des écritures comptables avec le « tout électronique ») ayant intrinsèquement une valeur proche de zéro, et dont le cours va chuter de plus en plus avec la création massive de monnaie. Plus il y a de création monétaire, plus la monnaie se dévalue et les prix augmentent. Vous vous appauvrissez au profit de la banque, encore une fois…

      Bien comprendre le système permet justement de ne plus « jouer » en faveur des banques.

      Bien à vous,
      Isabelle

      Répondre
  2. stivee
    stivee dit :

    On est en plein dans les devis immobiliers là. Un truc qu’on nous a expliqué sur le marché, sur les 2 dernières années, c’est que les prix des biens ont baissé car les emprunteurs ont moins de capacité, à cause du prêt à 0% qui a été modifié l’année dernière…

    Répondre
    • Isabelle
      Isabelle dit :

      Bonjour Stivee,

      C’ est sympa de partager cette info, mais tu sais le prêt à taux zéro et ses conditions d’ octroie n’ est qu’ une goutte d’ eau dans la mer… Les ménages ne parviennent plus à acheter car la tendance est à l’ appauvrissement général et à la disparition de la classe moyenne pour qu’ il ne reste au final qu’ une minorité de très riches et une majorité de gens très pauvres. Malheureusement. Sauf si les gens se réveillent et comprennent dans quel système on vit. Car ce système qui les appauvrit ne repose que sur la confiance que les gens lui accordent… Le prix des biens baisse mécaniquement lorsque les gens ne peuvent plus acheter et qu’ il y a plus de biens en vente sur le marché que de gens capables d’ acheter. Ce n’ est donc qu’ une conséquence.

      A bientôt,
      Isabelle

      Répondre
  3. Petit
    Petit dit :

    Je ne savais pas tout ça, c’est très intéressant! Surtout la partie sur la provenance des banques et leurs histoires! Je pense que c’est la même chose au niveau de l’immobilier. C’est triste parce que je pense que l’immobilier et l’une des clés pour sortir notre pays du chômage.

    Prix de l’immobilier faible avec des taux faibles > dispositif de défiscalisation > hausse des constructions > baisse du chômage > hausse de la consommation !

    Qu’en pensez-vous ?

    Répondre
    • Isabelle
      Isabelle dit :

      Bonjour 🙂

      Merci! Je suis ravie que vous ayez trouvé mon article intéressant.

      L’ immobilier de défiscalisation n’ est pas un investissement profitable (ce n’ est d’ ailleurs pas un investissement mais un outil de défiscalisation) pour l’ « investisseur » qui achète la plupart du temps un bien surévalué du fait des nombreux intermédiaires qui se servent à la louche sur ce type de produits. Il y a aussi que pour payer moins d’ impôt, l’ « investisseur » va devoir rajouter chaque mois de sa poche. Il achète donc une dette.

      L’ immobilier est l’ une des clés de l’ investissement gagnant s’ il est fait en direct et orienté rentabilité. La clef pour sortir notre pays du chômage serait une prise de conscience générale que la crise est un outil fabriqué et voulu par les banques. Que les états sont à la merci des banques comme les citoyens lambda que nous sommes. Encore une fois, le chômage n’ est qu’ une conséquence. Agir sur les conséquences ne donne jamais de résultat. Il faut agir sur les causes.
      Malheureusement, la cause première est que ce système peut exister uniquement parce que les gens y croient et analysent à partir d’ informations erronées des médias mainstream, résonnent et réagissent à l’ intérieur d’ un environnement de faux choix fabriqué de toute pièce pour faire perdurer le système. Seul un véritable éveil sur ce qui se passe vraiment pourrait changer les choses sur un plan global. Et pour ceux qui comprennent et ne se laissent pas abuser, la seule possibilité est de chercher à se protéger, à s’ enrichir avec les failles du système pour éviter de tout perdre et d’ informer les autres. Celles et ceux qui peuvent entendre… C’ est ce que j’ essaie de faire avec mon blog. Internet est déjà contrôlé bien entendu, mais beaucoup moins que les médias car les moyens ne sont pas les mêmes. Mais avec la nouvelle loi, n’ importe quel site pourra être fermé, il est possible qu’ un jour, même ce genre de blog ne puisse plus informer personne.

      A bon entendeur… je vous souhaite le meilleur,
      Isabelle.

      Répondre
  4. NICO
    NICO dit :

    Salut Isa,

    Bien ton article, ça fait un petit moment que je m’intéresse à « d’où vient l’argent », et il est clair qu’on est les dindons de la farce.

    Mais concrètement, comment le pauv’ badaud que je suis peut-il changer quoi que se soit? alors que j’ai déjà du mal à joindre les deux bouts?

    Ok, on s’informe, on fait passer l’info, demain tout le monde est au courant, c’est un scandale, et après?
    Tu croit que « les politiques » qui sont nos représentants (ne l’oublions pas) auront le courage de défier les banques?
    Faut pas rêver !!!

    Dès fois je me dit que les ignorants sont bénis.

    Ca ne sent pas « le jeu qui va mal finir », ça va mal finir, la seule vrai question, c’est quand?
    Ce jour là, l’argent n’aura plus de valeur.

    Je ne cherche pas à dégouter les personnes qui liront mon commentaire en me montrant fataliste mais soyons réaliste, à ce stade c’est plus éveil qu’il faut, c’est une révolution, et mondiale de surcroît, car même si un pays se réveil, il va se faire tailler en pointe « dare,dare » par les banques.

    Autant faire une révolution financière dès maintenant, plus personne payent ces crédit, impôts, taxes, etc etc, et on verra bien, de toutes façon, ce système imposé et voué à l’échec.
    Par contre, en attendant « eux » s’enrichissent et font de notre monde/vie/planète une grosse mer….

    ouais, je sais, là je dérive…..

    A+
    NICO

    Répondre
  5. lmnp
    lmnp dit :

    Bien d’accord avec Nico… tout ça est finalement bien connu et vieux comme le monde. C’est triste mais ça ne me surprend même plus et je reste presque froid à lire de telles nouvelles… que faire ??

    Répondre

Répondre

Se joindre à la discussion ?
Vous êtes libre de contribuer !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *