Evolution de l’immobilier en France: montant, apport, durée

Selon une récente étude du courtier en ligne Empruntis, le montant moyen emprunté pour un prêt immobilier et en hausse, de même que la durée moyenne des prêts bancaires au niveau National.

Rien de surprenant pourtant si l’on considère la tension actuelle qui règne sur le marché immobilier en France et la difficulté grandissante des ménages à accéder à la propriété.

Les prix des logements en France sont élevés. L’actualité récente qualifie même les biens immobiliers de « surévalués » , au point de faire appel à la théorie de bulle immobilière afin d’en expliquer leur prix déconnectés des revenus des ménages.

En outre, l’accession à la propriété en 2011 risque encore de pâtir de la remontée des taux d’intérêt. Au 29 mai 2011, ces taux atteignent en moyenne et hors assurance 4.05% sur 15 ans, 4.60% sur 20 ans et 4.45% sur 25 ans.


Montant moyen d’emprunt en hausse

Selon Empruntis, en 2010, le montant moyen emprunté pour un crédit immobilier atteint 166 239 €. Ce montant représente une hausse de 8 % par rapport à 2009 et 21 % par rapport à 2005. A cette date, le montant moyen d’un prêt immobilier s’établissait à 137 000 €.

D’un point de vue géographique, c’est l’Île-de-France qui affiche le montant emprunté le plus important avec 213 695 € en moyenne, devant la Méditerranée (175 100 €). Ces deux régions sont les seules à se situer au-dessus de la moyenne nationale, cependant le Nord et le Sud-Ouest enregistrent la plus forte progression en 2010 avec +11 %.


Montant moyen d’apport en hausse

Concernant l’apport moyen mis en jeu lors d’un achat immobilier, la tendance haussière est encore plus marquée que celle du montant moyen:

L’apport moyen était de 47 091 € en 2010 soit une hausse de +35 % sur un an. Sur 5 ans, la hausse atteint près de 90 % puisqu’en 2005, l’apport moyen était de 25 000 €. Là encore, c’est évidemment en région parisienne que l’apport moyen est le plus élevé avec 75 994 € en 2010.

D’après Maël Bernier, Directrice de la communication d’Empruntis, « Cette hausse de l’apport fourni par les emprunteurs est d’autant plus remarquable qu’elle se situe dans un contexte de taux immobiliers très bas, qui aurait normalement dû permettre aux emprunteurs de moins libérer leur épargne et de choisir de maximiser l’emprunt. Or, les prix étant exceptionnellement élevés, les emprunteurs qui ont profité de taux très bas ont dû malgré tout également fournir plus d’apport pour pouvoir acquérir leur bien ».


Durée moyenne des prêts immobiliers en hausse

Ici encore, la durée moyenne des crédits se situe désormais à 20 ans en 2010, contre 19 ans et 2 mois en 2009.

Ce constat démontre que malgré des taux de crédit historiquement bas, les emprunteurs ont été contraints de jouer sur toutes les variables existantes pour financer leur achat: augmentation du montant emprunté, hausse de l’apport personnel et allongement de la durée du prêt.


Portrait-type de l’emprunteur en 2010

Cet emprunter est un peu plus jeune qu’en 2009 (36 ans contre 37) mais dispose de revenus nets mensuels plus importants (4 634 € en 2010, contre 3 768 € en 2004).

Les foyers qui accèdent à la propriété disposent donc d’un revenu net moyen nettement plus élevé que la moyenne nationale qui se situe autour de 2 500 € selon l’INSEE.

Devenir propriétaire devient il un privilège réservé uniquement aux catégories sociales aisées ? (cette question enfonce une porte ouverte depuis quelques temps déjà).

Ces articles pourraient vous intéresser aussi :

Laisser un commentaire