BCE : la baisse des taux directeurs ou le baiser de Judas

La Banque Centrale Européenne (BCE) baisse ses taux directeurs.

Devant la situation préoccupante de la crise économique en Europe, Mario Draghi, le nouveau Président de la BCE vient de décider de baisser ses taux directeurs, dévoilant une politique monétaire qui s’oppose à celle de son prédécesseur Jean Claude Trichet.

Même si cette décision sauve de l’asphyxie l’Europe dont les marchés financiers sont de plus en plus préoccupés par la dette Grecque et de manière générale par l’endettement de la zone euro, cette baisse des taux favorisera l’inflation.

Pourtant la Bourse se réjouit de ce baiser de Judas.

La BCE revoit à la baisse ses taux directeurs

Le taux de refinancement de la BCE passe donc à 1,25% (contre 1.50% précédemment) avec pour objectif de rassurer les marchés financiers et stabiliser l’économie vacillante de la zone Euro. Par ailleurs, Mario Draghi n’a pas exclu qu’une baisse de 0.25% supplémentaire pourrait intervenir lors de la réunion de la BCE, le 8 décembre 2011.

Après avoir maintenu son taux directeur à un niveau historiquement bas pendant deux ans (1 %), Jean Claude Trichet avait souhaité le relever à 1,25 % en avril puis à 1,5 % en juillet, et ce malgré la pression de la crise financière. La politique monétaire du nouveau Président de la BCE s’inscrit donc à contre courant de celle de Jean Claude Trichet. Quel est le risque ?

 

Le rôle de la BCE

La crise économique que traverse l’Europe en général et la Grèce en particulier met actuellement en lumière la dette publique des pays européens, véritable épée de Damoclès. Le plan de rigueur instauré par la France pour le projet de loi de finances 2012 est la preuve qu’on ne peut pas indéfiniment vivre au dessus de ses moyens sans en payer le prix fort un jour où l’autre.

La baisse des taux directeurs a donc pour but d’aider l’Europe à sortir de la crise. Mais est ce bien le rôle de la BCE, cet organisme financier neutre et indépendant ? Cette baisse des taux accueillie favorablement par les marchés financiers n’est elle pas le baiser de Judas ?

Le rôle de la Banque Centrale Européenne est avant tout de maintenir le pouvoir d’achat et la stabilité de l’Euro. Pour ce faire, elle doit contenir l’inflation annuelle en dessous de 2 %.

Afin de remplir cet objectif, la BCE dispose d’un outil financier essentiel : Le taux directeur. Ce dernier est utilisé par les banques pour se refinancer et s’emprunter de l’argent.

Par conséquent ce taux détermine également le taux d’intérêt auquel les banques vont accorder des crédits aux particuliers. Un taux directeur bas est « généralement » synonyme de taux de crédits bas pour le particulier.

 

Répercussion de la baisse des taux directeurs par la BCE sur les taux immobiliers en novembre

Pourtant, dans la situation actuelle, les banques ont besoin de consolider leurs actifs pour résister à la crise financière et il y a fort à parier que cette baisse des taux directeurs ne sera pas répercutée. Elle servira plutôt à accroître les marges des établissements bancaires.

Il y a donc peu de chance que les taux de crédits immobiliers baissent malgré l’annonce de la BCE et malgré leur hausse significative depuis le début de l’année 2011

Evolution des Taux immobiliers de janvier à novembre 2011

Fixe Hors assuranceFixe Hors assuranceRévisable Capé +1 Hors assuranceRévisable Capé +1 Hors assurance
Duréejanvier 2011octobre 2011janvier 2011octobre 2011
15 ans3.15 %3.65 %2.70 %3.05 %
20 ans3.40 % 3.85 %2.85 %3.15 %
25 ans3.50 %4 %3 %3.25 %

La BCE, moteur de l’inflation

Le durcissement de la dette publique en Europe a donc récolté les faveurs de la BCE, et ce malgré une inflation élevée (3% en octobre selon Eurostat, l’Office Statistique de l’Union Européenne).

Pourquoi la baisse des taux directeurs favorise l’inflation ?

L’inflation est conditionnée par l’offre et de la demande. Plus il y a d’argent sur le marché, plus il est facile d’acheter des biens de consommation et plus les prix montent. L’inflation mesure donc cette augmentation des prix.

Dans le même temps, plus les intérêts d’emprunt baissent et plus il est facile d’emprunter de l’argent afin d’acheter des biens de consommation. À l’inverse, plus les taux d’emprunts montent et plus il est difficile d’emprunter et donc acheter des biens de consommation. Le taux d’intérêt de l’emprunt estime donc le coût de l’argent.

Lorsque la BCE baisse ses taux directeurs, l’argent coûte moins cher, il est donc plus facile d’emprunter et les prix augmentent. C’est pour cette raison qu’une baisse des taux directeurs conduisent à l’inflation.

Après l’annonce aujourd’hui de la BCE pour informer de la baisse de ses taux directeurs, la Bourse de Paris est remontée de 2%, celle de Francfort de 2,5%.

BNP Paribas augmentait de 10,91 % à 32,91 €, la Société générale 7,22 % à 18,88 € et le Crédit agricole 7,18 % à 5,35 €.

L’Euro en revanche perdait 0,3% pour s’établir à 1,37 dollar…

Ces articles pourraient vous intéresser aussi :

Laisser un commentaire