Diagnostic immobilier : ce DPE qui impose sa loi

Alors que ce blog n’était encore qu’un tout jeune padawan et que j’explorais fougueusement les côtés obscurs de l’immobilier, la controverse m’avait tout naturellement guidé vers l’arnaque du Diagnostic de Performance Energétique. Comme je le clamais haut et fort à l’époque, quitte à m’attirer les foudres des professionnels, le DPE n’est qu’une vaste escroquerie.

Je continue de penser aujourd’hui que le DPE rapporte trop à tout le monde pour qu’il soit honnête.

DPE mon amour

En effet, tout les acteurs d’une transaction immobilière soumise à DPE tirent profit du fait que la note de ce DPE est excellente :

  • le vendeur qui vend plus cher et plus vite
  • l’acheteur qui est davantage séduit par un logement bien noté et qui obtient un meilleur financement
  • le diagnostiqueur malhonnête qui peut accepter un pot de vin pour service rendu aux deux premiers

Évidemment, quand tout est fait dans les règles, que le DPE est fiable(1) et la maison économe en énergie, tout le monde est content. Mais vous avouerez que les conflits d’intérêt nous tendent les bras…

(1) Oui, je reconnais que placer DPE et fiable dans la même phrase relève du sado-masochisme 🙂

Influence du DPE sur le prix de vente

Quoiqu’il en soit, à l’heure où le marché immobilier semble s’engourdir, où la rénovation énergétique est le fer de lance du Gouvernement, obtenir une bonne note au DPE est une priorité pour la plupart des propriétaires qui souhaitent se démarquer.

Quel est donc l’impact réel du DPE sur les prix immobiliers ? Une récente étude réalisée par l’association DINAMIC pour le compte du Plan Bâtiment Durable nous révèle avec précision le rapport que l’on constate sur le marché entre le prix d’un bien immobilier et la valeur de son DPE.

  • Une maison affichant une étiquette énergétique classée A ou B se vend de 14 à 27% de plus qu’un logement similaire classé D
  • Idem pour les logements classés C dont le prix affiche une hausse de 10 à 15% par rapport à des logements identiques de classe D
  • De la même façon, un logement classé D au DPE se vend 7 à 16% plus cher qu’un bien similaire classé E. et 10 à 28 % de plus qu’un même logement classé F et G.

80 % des logements français classés entre D et F au DPE !

Par ailleurs, une étude du réseau Ex’im réalisée sur 10 000 appartements et maisons nous révèle que 80 % des logements français détiennent un classement énergétique allant de D à F. La moyenne du parc immobilier en France se situe à E et 10 % occupent la lettre G, la note la plus mauvaise en terme de classement énergétique.

Il faut souligner que les logements classés A ou B restent encore rares, sont neufs et équipés de dispositifs utilisant les énergies renouvelables. Certaines rénovations de haut vol peuvent atteindre ces performances mais elles sont encore des exceptions. Pour ces raisons, il m’amuse toujours de parcourir les petites annonces immobilières à la recherche de vieux logements des années 70 laissés dans leur jus et qui arborent fièrement leur classe A ou B au DPE. Ne s’agit-il pas là d’une escroquerie manifeste ?

Restez donc sur vos gardes, un DPE peut en cacher un autre ! 🙂


Faites réagir votre réseau, diffusez l'info ! :

Alex

Auteur de cet Article : Alex

Vous aimerez aussi...

5 réponses

  1. Julia dit :

    Un article important, et surtout à méditer. La DPE (diagnostic de performance énergétique) constitue de bête noire de bien des Français. Mais ce qui m’étonne avec ce diagnostic c’est surtout le dernier sous titre qui dit que 80% des logements français sont englobés dans le D et le F au DPE : je n’arrive pas à y croire !

  2. Alex dit :

    Le parc immobilier français est vieux. Dans les années 70, aucune attention n’était apportée à l’isolation des murs, des combles, aux ponts thermiques, etc. Ceci explique peut être ce résultat… Par ailleurs, rénover un logement d’un point de vue énergétique coûte cher… Comment isoler des murs qui ne le sont pas quand on vit dans son logement ? Par ailleurs, la perte d’espace habitable est forcément au rendez vous, à part si on isole par l’extérieur mais la technique est onéreuse et pas toujours réalisable sur une habitation existante… Changer les fenêtres pour du double vitrage, la chaudière pour une plus performante, ok mais comment changer la structure même d’un vieux bâtiment ?

    Cependant, dans la mesure où le DPE est fortement contestable, un logement classé D n’est pas forcément un gouffre financier… Certes, il n’a pas de panneaux solaires sur le toit, de système géothermique mais combien faut-il de temps pour amortir de tels systèmes ? Est -il préférable d’investir 10 000€ dans une chaudière en 2014 et la garder 20 ans ou dépenser seulement 5 000€ et la renouveler au bout de 10 ans quand la technologie aura évolué ?

    Le DPE est une poudre aux yeux qui manipule le marché immobilier… Une construction récente est forcément moins énergivore qu’il y a 25 ans, compte tenu des nouvelles normes dans ce domaine, est-elle plus solide ? Je ne pense pas… ce que l’on gagne d’un côté, on le perd de l’autre…

  3. alexis dit :

    m’intéressant à l’actualité de l’immobilier en France, j’ai lu avec beaucoup d’attention ton article. Merci pour ces précisions !

  4. Séb dit :

    Bonjour,

    je suis entièrement d’accord sur cette belle fumisterie… Mon pavillon de 1987 était classé D alors que toute l’isolation était d’époque, les chauffages de très mauvaise qualités…. Le diagnosticien annonce avec ses belles formules 1000€ de facture EDF TTC pour 1 an, j’ai eu en 6 mois 1500€ (!!!). En analysant de plus près ma maison j’ai constaté :
    Chauffe eau annoncé moins de 5 ans, date de fabrication écrite dessus indiquant qu’il a été fabriqué il y a 15ans.
    Ponts thermiques atroces
    bouches d’aération surdimensionnées
    isolation des combles inexistants (- de 10cm de laine de verre quand il y en avait).
    VMC dans un état inommable (encore que je me pose toujours la question si c’est vraiment utile surtout comme il est conseillé de la monter…)
    C’est la liste du pire.
    J’ai lu et analysé les formules appliquées sur le DPE. Mais si tout est mal mesuré, analysé, constaté, ces formules fonctionnent encore moins bien.
    Pour info, j’ai investi l’année dernière après la douche froide des 1500€ d’EDF, dans une isolation des combles (30cm de laine de roche soufflée) et une PAC air air pour la salon afin de remplacement des panneaux rayonnant de 2000W chacun, et un programmateur pour les chambres. Au final ma facture a été divisée par 2, pour 4000€ de travaux.

  5. Alex dit :

    Merci pour votre contribution… Ce DPE s’inscrit dans la même veine technocratique que la Réglementation Thermique 2012 (RT 2012), une usine à gaz sans aucun bon sens qu’on impose à toutes les nouvelles constructions depuis le 1er janvier 2013. Vous pouvez en lire un résumé ici : http://www.dessine-moi-une-maison.fr/2014/4547/rt-2012-efficace-critique.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *