Isolation efficace, Diagnostic de Performance Énergétique (DPE) réussi

Depuis le 1er janvier 2011, le diagnostic de Performance Energétique (DPE) est au centre des débats, que ce soit dans le cadre d’une vente immobilière, d’un achat (PTZ+) ou simplement pour le confort de chacun.

Un bon DPE passe notamment par une isolation thermique efficace. Comment la réussir ?

Lors d’une construction ou d’une rénovation, soigner l’isolation permet de réduire les déperditions à travers les parois de l’habitation. Les parois non isolées en contact avec l’extérieur, comme les murs, les fenêtres, les planchers et le toit transmettent à l’intérieur le froid l’hiver et la chaleur l’été. Cet échange thermique s’effectue par conduction.

A température égale, une habitation bien isolée offre donc un plus grand confort et réalise des économies d’énergie, un bon point tant pour l’environnement que pour le porte feuille.

Avant de songer au type de chauffage à mettre en place, aussi performant et écologique soit il, il est avant tout primordial de bien isoler son logement.

Les 3 critères à respecter pour une isolation réussie :

1) assainir l’air et le bâti

Une isolation doit toujours être associée à une ventilation bien réalisée afin de renouveler l’air vicié. Cette ventilation peut être naturelle ou assistée mécaniquement (VMC simple, hygroréglable, double flux…).

Une isolation ne doit jamais être exécutée sur une paroi présentant des signes d’humidité. En cas d’humidité, traiter le problème à sa source, mieux vaut prévenir que guérir et devoir refaire son isolation au bout de quelques années.

2) limiter les ponts thermiques

Plus la barrière isolante est continue, meilleure est l’isolation. Cette dernière peut être rompue, créant des ponts thermiques. c’est génaralement le cas aux points de jonction des différentes parties de la construction : nez de planchers, linteaux, périphérie des ouvertures, nez de refends ou de cloisons.

L’isolation doit être par conséquent réfléchie, bien conçue et réalisée de façon à minimiser les effets de ces ponts thermiques. La chaleur parvient toujours à trouver le chemin le plus simple pour s’échapper. Une isolation par l’extérieur, quand elle est envisageable, permet de réduire considérablement ce problème.

pont-thermique
Pont thermique dans le cas d'une isolation par l’intérieur.

3) chosir un isolant adapté et performant

A l’inverse des métaux qui sont bons conducteurs de la chaleur, les isolants ne conduisent pas la chaleur. La résistance thermique d’un matériau isolant est d’autant plus élevée que son épaisseur est grande et que son coefficient de conductivité (lambda) est faible.

La résistance thermique, exprimée en m2.K/W, s’obtient par le rapport de l’épaisseur (en mètres) sur la conductivité thermique (lambda) du matériau considéré.

Lors du choix d’un produit isolant ou d’isolation, on prendra donc en compte sa résistance thermique R qui figure sur l’étiquette du produit.

> Plus R est important, plus le produit est isolant.

Pour un gage de garantie de la performance et de la qualité : choisir un produit certifié (ACERMI, NF, CSTBat).

Soyez sur vos gardes et méfiez vous des produits miracles !

deperdition-energetique-maison
Principaux points de déperdition énergétique dans une habitation.

Laisser un commentaire