maçonnerie : construire un mur en béton cellulaire

Construire un mur ou construire un muret peut paraître une tâche compliquée lorsqu’on n’est pas maçon de formation. Pourtant il existe un matériau de construction qui peut grandement vous faciliter ce projet : le Béton cellulaire.

En effet, la brique de béton cellulaire, appelée aussi siporex ou ytong est l’amie du bricoleur et de l’amateur en maçonnerie. Léger, isolant, résistant et facile à travailler, le bloc de béton cellulaire s’impose comme la solution idéale pour un projet de construction de petite ou de grande envergure.

Monter un mur en béton cellulaire, seul et sans expérience, devient donc accessible en autoconstruction, la preuve, j’ai réussi !

Découvrez les étapes de construction d’un mur en siporex, le prix du béton cellulaire, ses avantages et ses défauts.

Faire un mur en béton cellulaire, mode d’emploi

Le béton cellulaire

Le béton cellulaire est une sorte de parpaing ultra léger, porteur et isolant, utilisé pour le gros œuvre dans la construction de maisons individuelles.

maison design en béton cellulaire

Il se présente généralement aujourd’hui sous la forme de blocs rectangulaires d’aspect poreux et de couleur blanche.

Une gamme complète propose les blocs eux même, mais aussi des linteaux, des dalles de plancher et de toiture, des carreaux pour cloisons et tous les éléments indispensables pour construire une maison entièrement en béton cellulaire.

L’assemblage des blocs de béton cellulaire au moyen de mortier colle est appelé « à joints minces ».

 

Fabrication du béton cellulaire

Ce matériau de construction est constitué :

  • de 65 % de sable de quartz siliceux
  • de 20 % de ciment
  • de 15 % de chaux
  • de 0,05 % de pâte ou poudre d’aluminium
  • de 1 % de gypse
  • ainsi que d’air et d’eau

Avec 1 m3 de matière première, on fabrique environ 5 m3 de produit fini, soit un bloc composé de 20 % de matière et 80 % d’air. 100 % des déchets de fabrication avant autoclavage sont recyclés, et plus de 90 % des déchets après autoclavage sont réinjectés dans le cycle de fabrication.

Ce matériau de construction est donc relativement naturel et écologique.

Sa création remonte à 1880 grâce à un procédé inventé par W. Michaelis. Il est par la suite amélioré en 1889 par E. Hoffmann et c’est en 1924 que le suédois Axel Eriksson lance sa production et sa commercialisation.

 

Le béton cellulaire, un matériau de construction isolant

monter un mur en blocs de béton cellulaire

Aujourd’hui le béton cellulaire est largement utilisé dans la construction en raison de ses nombreux avantages et en particulier ses propriétés isolantes. En Europe, on estime que 500 000 maisons individuelles sont construites chaque année avec ce matériau.

Le béton cellulaire est depuis longtemps plébiscité dans les pays d’Europe du Nord. Il s’impose plus lentement en France depuis quelques années et plus largement dans les régions où l‘isolation des habitations s’effectue traditionnellement par l’intérieur.

En effet, en France, depuis le Grenelle de l’Environnement, construire des logements plus économes en énergie devient primordial.

En outre, la hausse des prix de l’énergie et l’obligation de réaliser un Diagnostic de Performance Energétique (DPE) lors de la vente d’un logement renforce l’intérêt des Français pour une isolation efficace. D’autant que ce DPE conditionne le montant du PTZ+ accordé aux primo accédants lors de l’achat d’un logement. (Pour rappel le PTZ+ sera supprimé dans l’ancien en 2012 et exclusivement consacré au neuf).

Or, il ne fait nul doute qu’une isolation par l’intérieur est moins efficace qu’une isolation par l’extérieur, en raison des ponts thermiques qu’elle engendre. Ces ponts thermiques peuvent représenter jusqu’à 40 % des déperditions d’énergie dans certains bâtiments.

Le béton cellulaire est un matériau porteur et isolant, dont l’efficacité ne s’affaiblit pas avec le temps en raison du tassement ou de l’attaque par des rongeurs. Quand il est d’épaisseur suffisante, le béton cellulaire ne nécessite aucun isolant complémentaire. Mais rien ne vous empêche de le compléter quand même par une isolation traditionnelle par l’intérieur afin d’atteindre une résistance thermique excellente.

Le béton cellulaire est considéré comme « monomur » à partir d’une certaine épaisseur (24 cm pour un lambda de 0,12). Ce terme signifie que  ce matériau de construction est à la fois porteur et isolant. Sa structure alvéolaire, constituée de millions de micro cellules d’air emprisonnées de manière homogène, lui permet d’obtenir ses propriétés d’isolant thermique parfait tout en étant très résistant.

De plus, le béton cellulaire possède une bonne inertie qui lui permet de faire obstacle à la chaleur en été et de garder la maison au chaud l’hiver.

 

Les autres avantages du béton cellulaire

Comme nous l’avons vu plus haut, le béton cellulaire permet une excellente isolation thermique. Mais ses avantages ne s’arrêtent pas là !

> Le béton cellulaire est également un bon isolant phonique, répondant aux normes de la réglementation acoustique actuelle.

> Le béton cellulaire bénéficie d’une excellente résistance mécanique, 30% plus élevée que certains matériaux de construction traditionnels.

> Le béton cellulaire est aussi une garantie contre l’incendie puisqu’il est incombustible.

> Du fait de sa légèreté, le béton cellulaire est idéal pour des constructions en zone sismique.

> Sa légèreté lui permet également une manutention et un transport facilités

> Enfin, le béton cellulaire permet de réaliser des économies, notamment au niveau du gain de temps de mise en œuvre. Les blocs sont plus longs et plus hauts que des parpaings traditionnels donc le travail avance plus vite.

Son profil rainuré facilite sa mise en place. Associée à un mortier colle spécifique, la pose des blocs de béton cellulaire s’avère donc extrêmement rapide et facile à réaliser, même pour un amateur.

 

Le prix du béton cellulaire

Le prix du béton cellulaire varie en fonction de l’épaisseur des blocs. Au plus les blocs sont épais, au plus ils sont isolants et au plus ils coûtent chers. De manière générale, à dimensions égales, un bloc de béton cellulaire est environ 3 fois plus cher qu’un parpaing traditionnel.

J’ai acheté les miens chez Brico Dépôt. Cette enseigne est parfois critiquée pour la qualité médiocre de ses produits mais je peux vous assurer que pour les matériaux de base, vous n’aurez pas de mauvaise surprise pour un prix plus bas que partout ailleurs.

Les tarifs sont donc les suivants pour des blocs de 25 cm de longueur :

Pour une épaisseur de  5 cm : 1,09€ la pièce, soit 6,99€ le m²
Pour une épaisseur de 7 cm : 1,52€ la pièce, soit 9,74€ le m²
Pour une épaisseur de 10 cm : 2,15€ la pièce, soit 13,78€ le m²
Pour une épaisseur de 15 cm : 3,20€ la pièce, soit 20,51€ le m²
Pour une épaisseur de 20 cm : 4,35€ la pièce, soit 27,88€ le m²

Vous trouverez également des blocs pour le chainage en béton à 7,85€ (épaisseur 20 cm) et des blocs d’angles à 6,95€ (épaisseur 20cm).

Les chainages horizontaux et d’angles sont constitués d’un coulage de béton armé qui permet de rigidifier l’ensemble de la structure et répartir les charges, notamment lors de la construction d’une habitation ou d’un mur de grande hauteur.

Dans la configuration de mon chantier, je n’ai pas eu besoin de réaliser de chaînage mais chaque chantier est différent alors renseignez vous à ce sujet avant de vous lancer et pour ne pas mettre en péril votre projet. Dans le doute, faites en un, car ce qui peut le plus peut le moins.

 

Monter un mur en béton cellulaire

Dans le cadre de ma rénovation, j’avais le projet de construire une extension à ma maison. Cette extension devait se trouver au premier étage d’une maison vigneronne, coincé entre la façade de l’habitation à droite, le mur de ma grange à gauche et une petite dépendance au fond. Je n’avais donc qu’un mur de 4 mètres de large sur 2,50 mètres de haut à construire afin de pouvoir par la suite réaliser une toiture pour fermer l’ensemble.

N’ayant que très peu d’expérience en maçonnerie et n’ayant jamais monté un mur, je me suis tout naturellement tourné vers les blocs de béton cellulaire, tant leur réputation les avait précédés et était parvenue jusqu’à mes oreilles chastes de bricoleur débutant.

Certes, le béton cellulaire est plus cher qu’un simple parpaing mes ses avantages nombreux ne m’ont pas fait regretter mon investissement. Outre ses qualités isolantes décrites précédemment, le béton cellulaire est ultra léger à manutentionner quand on est seul.

En outre, il est facile à découper avec une simple scie à bois, facile à mettre en place grâce à sa mise en œuvre par joint mince et ses côtés rainurés. Les blocs étant par ailleurs plus longs et plus hauts qu’un parpaing traditionnel, le travail avance plus vite.

La première impression que l’on ressent quand on tient pour la première fois un bloc de béton cellulaire entre ses mains tremblantes d’émotion, c’est que sa grande légèreté ne lui permettra jamais d’être assez résistant pour construire un mur.

En effet, un bloc seul est assez fragile, friable et ne véhicule qu’une confiance très approximative. Ne vous fiez pas aux apparences, une fois associé à ses petits frères pour constituer un ouvrage, il est très solide. Il illustre donc parfaitement l’adage selon lequel l’union fait la force. 🙂

 

Les étapes pour construire un mur en blocs de béton cellulaire

1) les outils nécessaires :

– une truelle

– un niveau à bulle

– une scie à bois

– un mélangeur adaptable sur une perceuse

– un marteau en caoutchouc

 

2) construire une arase

Le béton cellulaire est un matériau sensible aux remontées capillaires comme la brique par exemple. La première chose à faire avant de monter votre mur est donc de construire une arase de mortier hydrofuge ou tout autre système lui permettant d’être étanche.

Pour ma part, mon mur devant être construit sur une dalle en béton existante au premier étage, j’ai effectué un coffrage avec deux planches de bois délimitant la largeur du futur mur. J’ai coulé au milieu du béton sur une hauteur de 15 cm (hauteur généralement préconisée). J’ai ajouté à mon béton un produit « Sika » permettant une relative étanchéité des mortiers.

Si vous vous trouvez au rez de chaussée sur terre battue, il faudra réaliser une fondation plus ou moins profonde selon la destination de l’ouvrage final. Rien de difficile, creuser une tranchée, ferrailler et couler le béton.

J’ajoute également que le sommet de votre arase ou de votre fondation doit être plat et de niveau. De ce détail dépendra la facilité de l’exécution. En effet, les murs en blocs de béton cellulaire sont dits « à joint minces« , c’est à dire qu’il est assez difficile de rattraper un défaut de planéité en chargeant davantage avec le mortier qui sert à coller les blocs entre eux.

Mais c’est aussi ces joints minces qui permettent une exécution aisée pour un débutant.

 

3) préparer le mortier colle

Le produit qui sert à assembler les blocs de béton cellulaire entre eux s’appelle le mortier colle. Son prix est de 9.30€ pour 25kg et il vous permettra de coller une surface d’environ 6.5m². Pour construire un mur de 4m de large sur 2.5m de haut, j’ai utilisé 2 sacs de mortier colle de 25kg.

Pour ne pas gaspiller le mortier colle, il est préférable de le préparer au fur et à mesure de l’avancement du mur. Cela permet aussi de se familiariser avec la quantité à utiliser.

J’ai pour ma part utilisé un saut en plastique et un mélangeur adaptable sur une perceuse. Verser la poudre, ajouter de l’eau au fur et à mesure du mélange. Veiller à obtenir une consistance ni trop épaisse, ni trop fluide.

Cette étape est très simple et si vous savez préparer une pâte à crêpe sans grumeaux, vous saurez préparer du mortier colle à béton cellulaire. 🙂

 

4) positionner le premier rang de blocs de béton cellulaire.

Sur votre arase préalablement sèche et solide (environ 24h), placer une fine couche de mortier colle et positionner le premier bloc dessus en tapotant légèrement avec un marteau en caoutchouc pour qu’il trouve bien sa place.

ciment colle béton cellulaire

Enduire le deuxième bloc sur le coté qui sera en contact avec le premier, enduire l’arase et positionner le deuxième bloc.

coller du siporex

Tapoter sur le coté et sur le dessus. Les blocs de béton cellulaire étant rainurés, ils prennent naturellement leur place. Recommencer jusqu’à obtenir la longueur voulu pour le premier rang de votre mur.

Vérifiez de temps à autre avec un niveau à bulle la planéité de votre mur. Normalement, il devrait l’être puisque c’est un des principaux avantages de la mise en oeuvre du béton cellulaire : si la base est de niveau, le reste le sera.

Vérifiez que les faces des blocs de béton cellulaire sont bien alignées et qu’aucune ne dépasse.

Si votre futur mur se trouve entre des murs existants, comme c’était mon cas, enduire les murs existants de mortier colle pour y fixer les blocs de béton cellulaire en contact.

 

5) les autres rangs de béton cellulaire

Le deuxième rang se monte de la même manière à la différence prés que la jonction entre deux blocs ne doit jamais coïncider avec la jonction de deux blocs du rang du dessous.

Il faudra donc couper le premier bloc de la deuxième rangée (en deux par exemple) avant de commencer afin de décaler les jonctions entre les blocs par rapport à la rangée du dessous.

Les joints sont ainsi alternés enter le rang 1 et le rang 2, un peu à la manière d’une pose de plancher.

Pour le rang 3, le bloc de béton cellulaire pourra donc être entier et ainsi de suite. N’hésitez pas à réutiliser vos chutes. Un mur, quelque soit le matériau utilisé, se monte toujours de cette manière. La technique n’est donc pas propre au béton cellulaire.

Le mortier colle qui dépasse des blocs doit être étalé le long des jonctions à la truelle.

Afin que le mur ait le temps de sécher et de se solidifier, je vous conseille de ne pas monter plus de 4 rangs avant une période de séchage de 12h, même si pour ma part, je suis allé un peu au delà dans la mesure où le temps me manquait.

Le béton cellulaire se travaille extrêmement bien et permet facilement de rectifier certains défauts. Si comme c’était mon cas, un bloc dépasse légèrement en hauteur par rapport aux autres, il est tout à fait possible de scier la partie gênante et rétablir la régularité de l’ensemble.

scier béton cellulaire

Une fois terminé, même s’il peut résister aux intempéries en l’état, il sera préférable et plus durable de crépir le mur.

construire un mur en béton cellulaire

Les autres constructions en béton cellulaire

La grande modularité du béton cellulaire et sa facilité déconcertante à être travaillé permet d’aménager des espaces personnalisés et sur mesure dans toute les pièces de la maison.

Il peut être peint, étanchéifié et prendre différentes formes au grès de votre fantaisie. Des enseignes de bricolage comme Castorama propose même des blocs de béton cellulaire arrondis pour facilité la construction de murs courbes.

béton-cellulaire-rond-arrondi-concave-convexe

 

Construire les éléments d’une cuisine en béton cellulaire

Une cuisine intégrée sur mesure peut tout a fait être réalisée en blocs de béton cellulaire avec un peu de rigueur et de patience. Il vous suffit une fois le gros oeuvre construit d’y fixer des portes achetées dans le commerce ainsi qu’un plan de travail.

Le béton cellulaire peut vous être aussi très utile pour construire un bar à l’américaine.

Seul inconvénient : difficile d’en changer régulièrement !

éléments de cuisine en béton cellulaire

bar à l'américaine en béton cellulaire

Construire un espace douche de salle de bain en béton cellulaire

De la même manière que pour une cuisine, le béton cellulaire trouve sa place dans la salle de bain de la maison.

Support de plan vasque, de baignoire, cloison mais aussi espace de douche arrondi façon cabine. Les blocs de béton cellulaire peuvent être carrelés, percés pour y intégrer des briques de verre ou simplement peints à l’aide d’une peinture adéquate.

tablier de baignoire en blocs de béton cellulaire

cloison de douche en siporex

plan vasque en siporex

Les sculptures en béton cellulaire

Enfin, pour les plus créatifs d’entre nous, le béton cellulaire est une matière idéale pour y exercer ses talents de sculpteur…

sculpture béton cellulaire

sculpture siporex

sculpture en siporex

sculpture design siporex


Faites réagir votre réseau, diffusez l'info ! :

Alex

Auteur de cet Article : Alex

Vous aimerez aussi...

93 réponses

  1. Myle dit :

    Bonjour,

    D’après ce que j’avais lu ailleurs, je pensais que pour étaler le mortier-colle, il fallait un outil-doseur spécifique. Sur les photos ici, c’est un peu « à la truelle » pour des joints minces, non ?

    Question questions :
    -- Les murs extérieurs d’une habitation en Normandie ne pourraient se suffire d’un béton cellulaire de 20 cm d’épaisseur en monomur bien sûr ?
    -- Quel est le prix moyen pour 30 cm ou 36 cm d’épaisseur ?

    Il est à signaler que le béton cellulaire est dit « respirant », donc qu’il ne doit pas être isolé « à nouveau » avec une couche supplémentaire ou même du placo, sans un système d’aération ou pare-vapeur adéquat.
    Enfin, c’est ce que j’ai lu à plusieurs reprises ici et là.

    A souligner aussi que le 1er rang doit être fait au cordeau, au millimètre de façon impeccable, sous peine de se retrouver avec des fissures dès la fin du chantier. Elles ne sont ensuite rattrapables qu’en enduisant et entoilant. Attention !

    Cordialement’

    • Alex dit :

      Un mur en béton cellulaire respire au même titre qu’un mur en pierre ou en brique.

      C’est la quantité d’air emprisonné dans sa masse qui est plus importante que dans un autre matériau et lui confère sa meilleure qualité isolante.

      Il est donc tout à fait possible de compléter cette isolation par une couche d’isolant supplémentaire par l’intérieur, quand la mise en oeuvre est respectée.

      Pour le prix, selon la qualité et le fournisseur, il faut compter en moyenne 10€ pour des blocs de béton cellulaire d’épaisseur 30 cm et 15€ pour des blocs de 35.6 cm.

      A noter qu’il existe plusieurs types de blocs de béton cellulaire appelés « Thermopierre » dont le prix et la qualité varient en fonction de leur densité:

      Mieux construire en béton cellulaire

      • Myle dit :

        Merci pour ces détails.

        Pourriez-vous en dire plus sur les différences de qualité/prix des différents thermopierre ?
        Comme j’envisage de faire construire en BC, provenant de Mios (?), j’aimerais bien en savoir plus.
        Merci.

  2. Mymose HO-MOUYE dit :

    Votre meuble de cuisine est très réussi ! Je souhaiterai avoir son plan de construction SVP !

  3. Marchesi dit :

    quelle sorte de peinture utiliser en extérieur sur du béton cellulaire.
    Merci

  4. Alex dit :

    Le béton cellulaire doit être crépi en extérieur car il est poreux et a tendance à se dégrader au bout d’un certain temps s’il est laissé nu. Pour autant, la dégradation d’un mur en béton cellulaire laissé brut est assez lente face aux intempéries puisque celui que j’ai construit chez moi n’a pas encore était crépi faute de temps et il n’a pas bougé depuis 3 ans…

    • Olivier dit :

      Bonjour, Je confirme qu’en extérieur le béton cellulaire est bcp plus résistant que beaucoup de gens ne pensent. En juillet 2009 nous avons fait construire une annexe à notre maison en ytong et nous n’avons fait crépir le mur qu’en octobre 2011. Mon beau-frère est en quelque sorte dans le métier (ingénieur en construction) et il m’avait affirmé que dans le pire des cas, même après des années, seuls les 2 premiers centimètres pouvaient éventuellement absorber de l’humidité.

  5. Diebold dit :

    Bonjour je suis éléve de 3eme, je fais un exposé sur le siporex (site internet). Je souhaiterais prendre certaine de vos photos (une brique de siporex et un éléphant en siporex ) Merci de me donner une réponse au plus vite.
    Cordialement.

  6. Richard dit :

    Bonjour

    Les cloisons interieurs en beton cellulaire doivent elles etre crepis et avec quoi ou simplement poncées
    Merci pour la reponse
    Cordialement

    • Alex dit :

      Bonsoir,

      Il est préférable de les enduire afin qu’elles ne restent pas poreuses. Par expérience, vous pouvez le faire avec la colle qui a servi à monter les blocs de la cloison, avec de l’enduit de rebouchage, du map, un mélange chaux/plâtre… dans tous les cas, un petit ponçage sera évidemment nécessaire pour une finition impeccable à moins d’opter pour le défaut généralisé et donc une finition plus rustique…

      Cordialement,

  7. JMb dit :

    Bonjour,
    Avant d’attaquer le buste de mon épouse en béton cellulaire, délicat à réaliser à la scie à bois, je vais appliquer vos (précieux) conseils à la construction de ma cave à vin dans mon garage. Je ne manquerai pas de me plaindre au moindre désagrément. De nombreux défis m’attendent, comment faire une porte, comment amener l’électricité, comment jointer la cloison au plafond, peut-on aborder l’inconscient consciemment ?
    Merci m’sieur,
    JMb -- apprenti bricoleur

  8. Alex dit :

    Bonjour JMb

    C’est avec joie que nous vous accueillons dans notre communauté de perceurs, monteurs et burineurs en tous genres. Ayez confiance en vous, nous avons tous connu un jour ces premiers pas fébriles dans un magasin de bricolage, cette gorge nouée et cette bouche sèche au moment de manipuler une truelle… Mais je suis persuadé que vous saurez vous affranchir de ces doutes et relever tous les défis au nom du vignoble français. N’hésitez pas à nous solliciter en nous fournissant tous les détails qui s’imposent, particulièrement dans la phase de création du buste de votre femme…

  9. casson marie reine dit :

    Le béton cellulaire peut-il être attaqué par les termites ?

  10. Alex dit :

    Les blocs de béton cellulaire sont garantis inattaquables par les insectes, les termites et les rongeurs par les fabricants..

  11. schoumi dit :

    Bonjour,
    je veux réaliser un mur de 1m de haut sur 4 m de long. Il va se trouver encastrer entre deux poteaux bois et reposera sur une terrasse couverte.
    Pour la semelle ( arase ), faut-il ferrailler pour fixer le mur à la terrasse ?
    Pour l’appui au poteaux, y a t-il des précautions à prendre afin de créer le lien entre les morceaux de BC et le poteau bois ?
    Merci de vos éclairages.

  12. Alex dit :

    Bonjour,

    Il est toujours plus judicieux de ferrailler une arase pour éviter qu’elle ne se fissure avec le temps.

    Le sol de votre terrasse est-il en bois ou en béton ? Dans les 2 cas, pour un mur de seulement 1m de haut, je ne pense pas qu’il soit utile de faire une arase, surtout si ce mur n’est pas porteur. Vous pouvez vous contenter de coller directement vos blocs sur le sol à condition que ce dernier soit plein et suffisamment plan. Je vous garantis que ça tiendra.

    L’avantage du béton cellulaire est qu’il peut être également fixé à l’aide de chevilles. C’est je pense une solution idéale dans votre cas pour créer le lien avec chaque poteau, et pourquoi pas le sol pour davantage de solidité. Même sans chevilles, des vis à bois qui traversent votre poteau et viennent s’ancrer dans les blocs de béton cellulaire permettront déjà de renforcer considérablement la tenue de l’ensemble. Ce qui ne vous empêche pas évidemment de coller vos blocs aux poteaux avant, en coupant ces derniers au mm prés, afin qu’ils se glissent sans trop d’écart.

    • Marie dit :

      Bonjour,
      Je suis actuellement en plein travaux et nous en sommes a la salle de bain, nous voudrions faire le coffrage de la baignoire et le plan vasque en brique de béton cellulaire + plan horizontale sur chacune de ces deux éléments en bois exotiques résistants à l’eau.
      Et toute la salle de bain a la chaux pour éviter de carreler autour et la baignoire. Et aspect joli aussi
      Que me conseillez vous alors comme mélange à la chaux pour recouvrir mes coffrages de béton cellulaire baignoire et plan vasque et pour que ceux ci sois étanche lors de projection d’eau ?
      Merci de vos conseils précieux,
      Marie

      • Alex dit :

        Bonjour,

        Vous pouvez réaliser un enduit chaux/sable très liquide en ayant au préalable bien humidifier le béton cellulaire qui est par nature très poreux et boit donc beaucoup… mas il faudra ensuite une peinture ou une résine spéciale salle de bain pour l’étanchéité. La contradiction de votre question tient dans le fait que les enduits à la chaux sont fait pour laisser respirer les murs et donc pas les rendre étanche. A votre place, je laisserai tombé la chaux et je pulvériserai mes blocs de béton cellulaire avec un produit spécial étanchéité salle de bain (le style qu’on met sur les placo avant de les carreler ou pour rendre les murs extérieurs hydrofuges) et ensuite, un coup de peinture lessivable.

  13. dhalluin dit :

    bonjour,
    je suis en train de monter une extension en bc accoler au mur de mon voisin que dois je mettre entre les deux mur?
    mon arase n’est pas super droit a quelque endroit j’avais donc penser a coller le premier rang avec du mortier ou avec un mélange ciment + sable que me conseiller vous

    pas mal de conseil a avoir pour pas faire n’importe quoi
    un grand merci pour votre reponce

    • Alex dit :

      Bonjour,

      Inutile d’utiliser autre chose que la colle à béton cellulaire prévue à cet effet. C’est un produit qui devient extrêmement solide en séchant. J’ai déjà collé avec des blocs de bc sur du bois, du béton, des parpaings et ça fonctionne très bien. Si l’espace à combler/coller est large ou s’il faut rattraper un peu le niveau, il suffit de faire une colle bien épaisse en n’ajoutant pas trop d’eau, afin que le produit ne coule pas trop quand on l’applique. Si votre mur est perpendiculaire au mur de votre voisin, la colle suffira donc. En revanche, s’il est collé contre de manière parallèle sur toute la longueur, vous pouvez :

      -- soit mettre une grosse truelle de colle épaisse sur la face de chaque bloc en contact avec le mur à mesure que vous le montez puis bien boucher le sommet.
      -- soit juste coller les blocs entre eux et une fois le mur sec, couler du mortier assez liquide par dessus pour combler l’espace entre les blocs de béton cellulaire et le mur du voisin. Il faudra au préalable coffrer les deux bords du mur de chaque côté, à la verticale, pour pas que le mortier ne s’échappe.

      L’essentiel étant que de l’eau ne doit pas pouvoir s’infiltrer entre ces deux murs compte tenu de la porosité du béton cellulaire non enduit ou crépi.

  14. dhalluin dit :

    malgré que la colle a bc est prévu pour des joint mince je peu quand mémé rectifier mon niveau avec celle ci?
    sa ne risque pas de se fissurer au fils des année?

    • Alex dit :

      Ça dépend du niveau de rectification 🙂 Jusqu’à 1 cm, ça ira… Au delà, il vaut peut être mieux refaire l’arase en coulant directement par dessus du béton.
      Sinon, vous pouvez aussi découper le bas des blocs en biais de manière à récupérer le niveau sur le premier rang… mais suivant la longueur du mur, ça risque peut être d’être fastidieux…

  15. pascal dit :

    bonjour
    et merci pour vos explications
    je veux monter un mur de siporex de 20 cm sur une hauteur de 4 m sur une dalle existante non hydrofugee mais situee en dessus du sol de 5 cm environ
    merci de me conseiller
    pascal

  16. Alex dit :

    Bonjour,

    Vous devez coller votre première rangée de blocs sur la dalle tout en les emboîtant/collant les uns avec les autres et en respectant une parfaite planéité de l’ensemble (à vérifier au fur et à mesure avec un niveau à bulle).

    Comme indiqué dans l’article, vous disposerez les blocs de la deuxième rangée en prenant soin de les décaler par rapport à la première rangée.

    Une fois que vous êtes à environ 2m de haut, vous coffrez le haut du mur à l’aide d’une planche de chaque côté et de serre joints. Vous placez un chaînage rectangulaire en acier dedans et vous couler du béton sur environ 15cm de haut. Une fois sec (48h), vous décoffrez et vous continuez à monter votre mur en béton cellulaire jusqu’à la hauteur voulue.

  17. Yves dit :

    Bonjour,

    Bravo et merci pour toutes ces réponses.
    Je souhaite construire un BBQ exterieur en bc. A ce stade et pour tenir compte de la capillarité possible j’envisage de monter mes blocs de bc sur un premier rang de parpaings eux-mêmes reposant sur une dalle de béton fibré de 5 cm d’épaisseur.
    J’ai bien noté les exigences de planéité, mais cela me semble plus simple que de fabriquer un coffrage pour surélever le bc. L’ensemble sera recouvert de plaquettes de parement en partie basse, de carrelage et de briques réfractaires pour la table et le foyer et de crépis pour la cheminée et l’avaloir.

    Est-ce possible ? Est-ce correct ?

    Merci

    • Alex dit :

      Bonsoir,

      Le béton cellulaire est souvent utilisé pour construire des barbecue, puisqu’il est ininflammable et incombustible. Il résiste donc très bien à la chaleur, son point de fusion se situe environ à 1 200°c. Il ne se déforme pas non plus à la chaleur et reste étanche aux flammes et aux fumées.

      Malgré ces avantages, vous faites bien de le doubler en briques réfractaires au niveau du foyer, j’aurais fait de même.

      Barbecue en béton cellulaire doublé en briques réfractaires

      Je monte actuellement un forum qui permettra à tous les lecteurs bricoleurs de mon Blog de s’exprimer plus librement (mise en forme, photos, etc.). Si vous souhaitez partager les étapes de réalisation de votre barbecue ainsi que le résultat final, n’hésitez pas à vous inscrire et n’oubliez pas de prendre quelques photos ! 🙂 (ça risque d’en intéressé plus d’un à commencer par moi) 🙂

      Le Forum, c’est par ici

  18. Michel Lacan dit :

    Pensez-vous que je puisse utiliser le béton cellulaire pour monter un mur d’entrainement au tennis (5m sur 3m de haut). Si oui quelle épaisseur me conseilleriez-vous? éventuellement quelle peinture de protection?
    Merci pour vos conseils éventuels.

    • Alex dit :

      Bonjour,

      A mon avis, c’est tout à fait possible puisqu’on utilise les blocs de béton cellulaire pour construire les murs porteurs de certaines habitations. Je n’ai aucune idée de la force exercée par l’impact d’une balle de tennis, mais si c’est assez solide pour une maison, ça devrait l’être pour un entrainement de tennis.

      Par contre, il faudra édifier ce mur dans les règles de l’art avec de bonnes fondations pour la solidité de l’ensemble :

      creuser une tranchée, y disposer un chaînage en acier horizontal et vertical, remplir de béton. S’il existe déjà une dalle qui vous empêche de creuser une tranchée pour les fondations, il existe (chez pointp par exemple) une résine spéciale bâtiment qui permet de fixer des aciers à la verticale après avoir creusé un trou à l’aide d’un perforateur et l’avoir rempli de cette résine. Cette résine est justement destinée à cette utilisation.

      Le chaînage vertical (un à chaque extrémité du mur) permettra d’utiliser des blocs de béton cellulaire spécifiques de ce type :

      Bloc de béton cellulaire de chaînage

      Il faudra également réaliser un chaînage horizontal à environ 2m de hauteur en coffrant et remplissant de béton ou à l’aide de blocs de béton cellulaire de ce type :

      bloc de béton cellulaire sans coffrage

      Concernant le revêtement, n’importe quel crépis lisse devrait faire l’affaire mais j’imagine que des produits particuliers sont utilisés traditionnellement pour éviter un mauvais comportement de la balle lors du rebond, se renseigner peut être en ce sens…

      Je vous conseille des blocs de béton cellulaire de 20 ou 25cm de large.

  19. Michel Lacan dit :

    Merci pour tous ces bons conseils que je vais mettre en pratique

    • Alex dit :

      Bon courage.

      A noter également que pour le mur que vous décrivez, il vous faudra environ 100 blocs… soit un total de 600€ (à 6€ en moyenne un bloc de 20). (Un mur en parpaings coûterait 6 fois moins cher…) 🙂

  20. da silva ropio dit :

    bonsoir, je suis artisan maçon j’ai construi ma maison en cyporex beton celulaire en 36cm d’epaisseur et matenant je voudrais coller de la briquette de 5 par 20 par 18 mm mais tous les fournisseurs me diset que il n y à de colle pour que sa tienne alors je suis embeter il doit bien avoir un materiel qui tienne pouvais vous me rensaigner merci

    • alexandre dit :

      prendre de la résine badigeonné le mur prendre de la colle forte a carrelage pour extérieure ajouté malgré tout de la résine dans la colle vous faite un essais sur un ploque que vous laissé cherchée un semaine a l’intérieur et vérifiée si le tout et trais dure et résistent pour finir applique un imperméabilisant bonne journée

  21. Reco dit :

    Merci pour tous ces conseils.
    Par rapport à l’isolation, je me demandai s’il ne fallait mieux pas mettre un isolant type ouate de cellulose en plus au cas où, pour une maison dans le nord où les températures sont souvent basses? Certains disent qu’il vaut mieux et d’autres qu’il n’y en a pas besoin. Merci.

  22. Alex dit :

    Un bloc de béton cellulaire est beaucoup plus isolant qu’un parpaing à épaisseur égale. Mais dans tous les cas, investir dans l’isolation de son logement est toujours très rentable à terme, surtout dans le Nord :). Il est donc plus que conseillé d’y associer une isolation traditionnelle : laine de verre, de roche, de bois derrière ossature métallique, polystyrène + BA13 directement collé, ouate de cellulose etc.

  23. grata dit :

    Bonjour et merci de votre aide précieuse.
    Je dois monter un mur d’une longueur totale de 4.50m avec un angle au milieu et d’une hauteur de 2.15m; je pense utiliser des blocs de beton cellulaire de 30cm d’épaisseur. Trois questions:
    -dois je prévoir une isolation thermique intérieure (j’habite ds le var où il peut y avoir des température négative, surtout que la pièce est située au nord) ou serait ce suffisant?
    -l’arase hydrofuge est elle indispensable ou puis je monter les blocs directement sur la dalle coulée sur hérisson et enrichie en sikalite pour la rendre hydrofuge?
    -puis je faire le chainage haut à 1.50m de hauteur car plus haut je suis gêné par des tuiles?

    Merci encore de votre patience
    JLG

  24. Alex dit :

    Bonjour,

    > Au sujet de l’isolation j’ai envie de vous répondre qui peut le plus peut le moins. 🙂 Certes le béton cellulaire est performant en terme d’isolation, surtout si on le compare à un vulgaire parpaing. Pourtant, à l’heure où l’isolation devient primordiale, tant au niveau des normes que pour limiter sa consommation de chauffage, j’ajouterais, si j’étais vous, une isolation intérieure sous rails (10 cm de laine de verre en panneaux rigides par exemple).

    > Nul besoin d’arase hydrofuge dans votre cas, la dalle que vous décrivez remplira très bien cette fonction.

    > Un chaînage à 1,50 m pour un mur de 2,15 m de haut me paraît très bien. Plus haut serait même trop haut.

    Si vous n’aviez pas prévu un chaînage vertical sortant de votre dalle existante pour ce mur, n’oubliez pas de le rajouter. Vous pouvez par exemple creuser des trous au burineur dans votre dalle et y sceller des fers à béton verticalement à l’aide d’une résine spéciale. La dernière fois que j’ai du faire cela, j’en ai trouvé chez Point p. Utilisez ensuite des blocs de béton cellulaire comportant un trou pour y glisser le fer et y couler du béton dedans.

  25. Harrison dit :

    Pour un mur de douche sur chape anhydrite (Lafarge), est il possible de coller la 1ere rangée de bloc siporex d’épaisseur 7 ou 10 sur cette chape fluide
    Merci à vous

    • Alex dit :

      Oui, aucun problème dans la mesure où une des extrémités de votre cloison de douche en siporex est bien ancrée dans le mur à 90° (saignée).

      Voici une vidéo instructive pour votre projet :

  26. Harrison dit :

    Grand merci pour cette 1ere reponse mais quelle type ou marque de colle dois je utiliser pour la rangée en contact avec la chape anhydrite Lafarge
    Encore merci à vous

  27. Alex dit :

    Vous pouvez utiliser un mortier colle à béton cellulaire standard ou un mastic colle polyuréthane (type sikaflex par exemple).

  28. Jack dit :

    Bonjour,
    Je desire réaliser un meuble de salle de bain , 200/50, avec 2 jambes une étagère,et un plateau, le tout en béton cellulaire de 7. comment renforcer les 2 plateaux horizonteaux pour plu de solidité.
    Merci à vous

  29. Alex dit :

    Bonjour,

    Comme d’autres blocs de construction, les blocs de béton cellulaire sont résistant lors d’une construction verticale, mais très peu lors d’une pose horizontale. Vous pouvez utiliser un plan de travail hydrofuge et réaliser une chape en ciment peu épaisse pour garantir une certaine solidité et un esthétisme homogène à l’ensemble. C’est à mon avis la solution la plus rapide.

    Cependant, si vous souhaitez vraiment n’utiliser que du siporex, il faudra renforcer vos futurs plateaux par dessous à l’aide de carré en acier comme le montre cette vidéo d’illustration :

  30. Jack dit :

    Merci pour la vidéo, je renforcerai avec des barres métalliques non flexibles et je pense protégées de l’oxydation par de la peinture

  31. constanza dit :

    bonjour,
    merci pour ce site qui me donne envie de me lancer en plus grand (j’ai déjà fait une cloison intérieure!!! oui et elle tient toujours!)…quand je serai à la retraite bientôt!
    En attendant, j’ai dû faire appel à un professionnel qui m’a monté un mur en béton cellulaire. Il a terminé et fait le chaînage horizontal. Mais, après mesure du métreur (pour une véranda), il s’avère que le mur est bien trop haut. Le professionnel m’assure qu’il coupera le mur après l’installation de la véranda. Je suis sceptique à cause justement du chaînage horizontal déjà mis en place. Merci de me renseigner car je suis vraiment encore novice (mais je m’y mets…) et j’ai l’impression que ce professionnel me prend pour un béjaune!

    • Alex dit :

      Bonsoir,

      Le béton cellulaire se coupe avec une simple scie à bois (ou à béton cellulaire) 🙂 donc recouper votre mur ne sera pas un problème.

      Un chaînage horizontal apporte de la solidité au mur et devient obligatoire à partir d’une certaine hauteur. Si la découpe est effectuée sous le chaînage, logiquement, il ne sera donc pas nécessaire d’en refaire un puisque la nouvelle hauteur du mur ne le justifiera pas.

      S’il y a un chaînage vertical, celui ci sera probablement coupé à la disqueuse.

      Cependant, vous aurez payé du matériel et de la main d’oeuvre pour rien, surtout si c’est une erreur de votre professionnel et pas une modification à posteriori. Et vous allez peut être devoir payer de la main d’oeuvre pour la modification. 🙂 Vous auriez du vous lancer seul, comme dit dans l’article, monter un mur en béton cellulaire est un jeu d’enfant, surtout avec des blocs de grosse épaisseur… Dans tous les cas, ne vous laissez pas faire !

  32. constanza dit :

    Merci pour cette réponse rapide!
    Vous avez raison, la prochaine fois, je le ferai moi-même, avec l’aide des conseils de votre site…
    Bonne continuation et je continuerai de vous suivre (j’ai des envies de salle de bain…)

  33. Christophe dit :

    Bonjour,
    Je souhaite faire une extension à mon étage au-dessus de ma cuisine. L’habitation est ancienne 1880 et les fondations sont d’époque c’est à dire mur de 60cm d’épaisseur et enterrée sur 30 cm. Le sol de l’extension est carrelé et plane (les anciens propriétaires voulaient une terrasse en hauteur).
    -- Quelle épaisseur utilisée?
    -- Est ce qu’un pignon en béton cellulaire est faisable (4,5m de haut sur 4m de large)?

    Cordialement.

    • Alex dit :

      Bonjour,

      J’ai réalisé chez moi une extension de 12m² (cuisine) sur une terrasse de 25m² au 1er étage. Ma maison date de 1836, nous avons donc des cas similaires. 🙂
      La dalle de ma terrasse avait été coulée sur une structure en IPN de 20 encore saine (donc pas de murs porteurs sous la partie extension de 12m²), pour cette raison, je n’ai pas eu de doute quant à la solidité de l’ensemble. Quant est il dans votre cas ?

      J’ai utilisé des blocs de béton cellulaire de 15cm pour mes murs mais les solives de mon toit ne reposent qu’à une extrémité sur ces murs, l’autre étant scellée dans un mur en pierres d’origine.

      Un pignon est tout à fait réalisable en béton cellulaire de 20cm (on construit régulièrement des maisons complètes avec), mais compte tenu de la hauteur, il faudra bien penser aux chaînages verticaux et horizontaux.

      Les constructions anciennes sont très solides (beaucoup plus qu’on ne le pense, la preuve, elles ont tenu jusqu’à aujourd’hui) et ce malgré des fondations modestes. Par ailleurs, l’avantage du béton cellulaire est sa légèreté par rapport à du parpaing. Ça ne résistera peut être pas à un tremblement de terre (la plupart des normes actuelles sont faites pour ça) mais ça tiendra… cet avis est bien sûr purement intuitif… 🙂

  34. Christophe dit :

    Merci pour votre réponse.
    Le sol de la terrasse est constitué d’un plancher béton avec des hourdis.

    Cordialement

  35. nicolas dit :

    bonjour
    je voudrais monter un mur en siporex de 2 mètres de haut sur 3m50 de long sur une dalle existante de 8 cm d’epaisseur non hydrofugée et avec une pente pour que l’eau s’écoule.
    Pour la première rangée puis je compensée le niveau avec de la colle ? je dois avoir 5 cm de pente
    est ce que je peux monter sur une hauteur de 2 mètres sans problème (chainage, consolidation?)
    est ce que le mur peux soutenir des petites pouter si je veux couvrir (cuisine d’ete)
    merci pour votre reponse
    cdt

  36. Alex dit :

    Bonjour,

    La solution la moins onéreuse dans votre cas consisterait à couper la base des blocs de béton cellulaire de votre premier rang de biais, de manière à ce que l’angle (toujours le même) compense la pente de votre dalle. Mais pour un mur de 3.50 m de long, ça risque justement d’être long.

    A votre place, je coffrerai sur la longueur du mur, sur 10 cm de haut et sur une largeur équivalente à celle de vos blocs, je percerai des trous dans la dalle pour y fixer des fers à béton (éventuellement avec de la résine conçue pour) tous les 50cm, je rajouterais un chaînage horizontal en acier que je solidariserais avec les fers à béton et je coulerai du béton. Cette arase résistente et solidaire à votre dalle vous permettra d’avoir une base de niveau pour réaliser votre mur.

    Un mur de 2m de haut ne posera pas de problème niveau solidité. Éventuellement avec un chaînage horizontal à 1m50 si vous êtes perfectionniste.

    Pas de problème pour y fixer des poutres et un toit avec des blocs de 15 ou 20cm.

    L’essentiel est que la dalle puisse supporter le poids de l’ensemble…

  37. nicolas dit :

    bonjour
    Pensez-vous que ma dalle de 8 cm d’épaisseur puisse supporter le mur en siporex plus les poutres.
    j’avais justement opté pour du siporex vu la légèreté du produit

    merci pour votre reponse

    cdt

  38. jpg dit :

    Bonjour, je n’ai pas lu tous les posts sur le béton cellulaire et on en parle peut être.

    Je tiens à signaler que les murs en béton cellulaire se fissurent assez ,facilement.
    Ma maison construite par une entreprise ainsi que celle d’une amie construite par la même entreprise comporte plusieurs fissures tant horizontales que verticales.

  39. Alex dit :

    Bonsoir,

    Mise à part la mise en oeuvre à ne pas négliger (moins de professionnels compétents que pour la construction traditionnelle), notamment en raison de sa sensibilité aux remontées capillaires (du moins le premier rang), le béton cellulaire est pourtant très résistant, jusqu’à 30% supérieure à celle d’autres murs porteurs.

    Il possède une excellente résistance à la compression (jusqu’a 22 tonnes au mètre linéaire de mur porteur) est une garantie de stabilité et pérennité dans le temps. Il est même possible de construire des ouvrages de plusieurs niveaux (jusqu’à 5) en béton cellulaire…

    Après, tout dépend aussi de la stabilité du sol et des fondations (la même construction en parpaings ne présenterait-elle pas les mêmes problèmes aujourd’hui ?), de la qualité des matériaux et de la compétence des ouvriers…

  40. jpg dit :

    Bonjour, je pense qu’il s’agit d’un problème de compétence des ouvriers.
    Il y a eu une étude béton de fondations. Le béton cellulaire a une bonne résistance à la compression mais peu à la flexion. Il semblerait que la résistance plus intense de la colle plus la mauvaise mise en œuvre soit une des causes de ces fissures qui n’apparaissent pas comme les fissures de murs bâtis sur de mauvaises fondations. Il pourrait également exister des problèmes de dilatation sous l’influence de l’ensoleillement des façades et des problèmes d’emploi de blocs trop humides (stockés dans de mauvaises conditions.
    On rencontre cela sur plusieurs forums.

    Cordialement.

    JP

  41. antoine dit :

    Bonjour, ayant le meme projet pour l entourage de ma baignoire j aimerais avoir si possible les plans et astuces que vous avez utilisé car je trouve le coffrage tres bien reussis. Merci d avance

  42. Harrisson dit :

    Bonjour.
    Peut on coller plaque de BA13 sur muret en carreaux de platre (afin de rattrapper un faux équerrage)
    Grand merci

  43. pagueguy dit :

    je voudrai savoir avec quoi je peux recouvrir les mur exterieurs de mon garage que j ai construit en beton cellulaire.j ai entendu dire que c etait indispensable,risque d alteration ..mais suite a une longue maladie je n ai rien fait,cele fait plus de trois ans;et je voudrai connaitre ce qui est le plus facile et le plus economique a mettre en oeuvre?
    merci d avance pour vos precieux conseils

  44. bema dit :

    J’ai construit, il y a qq années, des cloisons, sur lesquelles je voudrais coller de la faïence murale. Les cloisons, en Siporex, sont recouvertes d’enduit (pour murs conventionnels, BA13, par ex ), et je pense poser une toile de verre, sur laquelle je collerai, ensuite, les carreaux. Cela poserait-il des problèmes, dans le temps. Je désire utiliser cette même méthode,sur les cloisons en BA13, qui sont aussi dans les mêmes pièces. Des incompatibilités sont-elles envisageables ?
    Merci à vous…

  45. Harrisson dit :

    Bonjour.
    Pour une douche.
    Avant pose de faience sur mur placo d’un côté et carreaux plâtre hydrofugés de l’autre je souhaite passer un hydrofuge.
    J’ai pensé au kit AXTON de chez leroy merlin, mais les critiques sur cette marque ne semblent pas très encourageants, alors je ne sais que faire.
    Grand merci de me conseiller

  46. Dubos dit :

    Bonjour
    Je suis très intéressée par votre cuisine. Car je compte en faire une aussi. En quelles epaisseurs avez-travailler ? Pensez vous qu’il soit possible de fixer des charnières dans le siporex ou faut il des cadres de portes. Comment avez vous géré la mise en place des tiroirs ? Auriez vous la gentillesse de me transmettre vos plans ?
    Cordialement
    Anna Dubos

  47. Cedric850 dit :

    bonjour,
    Vous m’avez l’air calé dans le domaine donc vous pourrez peut être m’aider car je ne trouve pas la solution sur aucun forum ou site.
    Nous avons fait l’acquisition d’une maison en béton cellulaire récemment et le crépi n’a pas encore été fait donc les murs on bien souffert surtout le angles.
    Je me demande donc comment je pourrai les réparer car sur certain l’angle est manquant sur presque 10cm.
    Puis utiliser du mortier colle pour refaçonner un angle ou le crépi suffira?
    Aussi a quelques endroit au grenier qui n’est pas encore aménagé on peut voir le jour entre deux blocs, que dois je faire.
    Merci

    • Alex dit :

      Bonjour,

      Concernant le grenier, vous pouvez combler les jours entre les blocs de béton cellulaire à l’aide de ciment colle. Prenez soin de le réaliser pâteux et peu liquide pour faciliter l’accroche et la mise en oeuvre. Pour les gros espacements, vous pouvez y noyer des chutes ou des morceaux de béton cellulaire.

      Concernant les angles, vous pouvez là aussi combler grossièrement les angles à l’aide du ciment colle, puis utiliser, avant de crépir, des baquettes d’angle métalliques :

      Baguette d'angle façade béton cellulaire

  48. michaud dit :

    bonjour j ai un mu mur extérieur en siporex je voudrais faire un enduit à la chaud comment faire ….. mettre un fixateur ou l enduit directement merci

    • david dit :

      bonjour j’aimerais savoir quel produit utiliser pour reboucher des gros trous et fissures dans du beton cellulaire en exterieur? et une autre question peut on mettre du platre knauff mp 75 sur des blocs de 10 en interieur sur un mur de 3m de long sur 2,50 de haut? ayant un écart de niveau de 2cm.

      • Alex dit :

        Bonjour,

        Si vos trous et vos fissures ne sont pas structurels, c’est à dire, s’il ne sont pas apparus du fait d’un mouvement du mur lui même (problème de fondations ou de mise en oeuvre), vous pouvez reboucher cela à l’aide de mortier colle que vous réaliserez épais et à l’aide de morceaux de béton cellulaire noyés dans l’enduit.

        Vous pouvez tout à fait mettre du plâtre knauff mp 75 sur votre mur si celui ci est stable.

    • Alex dit :

      Bonjour,

      Je n’ai jamais fait d’enduit à la chaux sur un mur en béton cellulaire. Je ne vous serai donc pas d’un grand secours. En revanche, pour rester dans le domaine des enduits sur béton cellulaire :

      La NF DTU 26.1 « Travaux d’enduits de mortiers » définit 3 classes de supports pour la mise en oeuvre des enduits de finition :

      -- Rt1 (résistance à l’arrachement élevée)
      -- Rt2 (résistance à l’arrachement moyenne)
      -- Rt3 (résistance à l’arrachement réduite)

      Ce dernier support (Rt3) représente les blocs de béton cellulaire, de plus en plus présents dans les constructions modernes.

      Les enduits monocouches compatibles avec ces supports se répartissent en 3 catégories :

      -- OC1 (pour supports Rt1, Rt2 ou Rt3)
      -- OC2 (pour supports Rt2 ou Rt3)
      -- OC3 (pour supports Rt3)

      Cette certification permet de choisir facilement l’enduit adapté dans les magasins de bricolage.

  49. Claire dit :

    Bonjour,
    J’ai le projet de realiser une sculpture en ciment alveole.
    Comment se travaille ce materiau? le papier de verre ou la rape sont-ils adaptes?
    Et surtout ou puis-je me procurer de grand blocs: 1.5m x 1m x 2m?
    Merci.

  50. Patachou dit :

    Bonsoir,

    Ce site est vraiment génial , c’est tout à fait ce que je cherchais.
    J’ai personnellement déjà utilisé le bc pour monter les cloisons de mon meuble de salle de bain ainsi que pour faire de grosses jardinieres extèrieures mais aujourd’hui j’ai besoin de savoir si je peux monter un mur de 1m50 de haut sur 0.90m avec du bc de 7cm entre une cloison en fermacell et une en BA13 le tout sur un plancher bois afin de supporter un wc suspendu universel? Le haut de ce mur sera en partie terminé par de la brique de verre. Merci pour vos réponses.

    • Alex dit :

      Bonjour et merci 🙂

      J’ai récemment rencontré le problème de la mise en oeuvre d’un wc suspendu. Il est tout à fait possible de construire un mur de 1.5m x 0.90m entre deux cloisons « légères » style BA13… Mais l’ensemble restera « léger » 🙂 La seule solution durable pour fixer un wc suspendu est d’utiliser un mur porteur. Vos fixations devraient normalement impérativement traverser votre muret en béton cellulaire pour être scellées dans un mur porteur derrière, s’il existe… Dans le cas contraire, je suis sceptique et preneur de toutes solutions utilisées par d’autres bricoleurs ayant été confrontés au même problème 🙂

      • Patachou dit :

        Bonjour ,
        Je m’attendais à cette réponse. Si je monte ce mur en le collant perpendiculairement à mon mur de refend d’1 côté et que je le fixe de l’autre sur une poutre verticale de10x10 ou sur un retour en bc de 1.30 sur 2.50 cela serait il possible (je suis toujours sur un double plancher croisé en chêne de 5 d’ep). Si cela est possible quelle devrait être l’ep du bc ? Merci.

  51. Alexandre dit :

    Bonjour,

    J’ai un projet de construction de maison neuve et je pense me diriger vers un monomur Ytong d’épaisseur 40cm sans isolation supplémentaire. Pensez vous que ce soit suffisant ou vaut-il mieux choisir une épaisseur peut-être plus faible et compléter avec une isolation extérieure? Quel type d’enduit est préconisé pour l’extérieur et pour l’intérieur?
    Merci d’avance.

  52. Meryl dit :

    Bonjour,

    Tout d’abord un grand bravo pour votre site, vos explications sont claires et facilement compréhensibles pour une débutante comme moi !

    J’ai le projet d’aménager les combles de ma maison (longère datant de 1851) :
    -pour l’isolation, est-il envisageable d’avoir recours au BC seul pour isoler la toiture ou est-il tout de même préférable d’ajouter une épaisseur de laine de roche avant ?
    -pour la cloison, la hauteur au faitage étant d’environ 3,60m comment dois-je envisager la chose afin que ma cloison soit solide ?

    Merci d’avance pour vos conseils

  53. Lassaux dit :

    Bonjour, je monte un cloison entre ma chambre et ma salle de bain, ce sera une cloison en beton cellulaire de 7cm, je voudrai savoir le poids maxi que peut comporter un mur de 3m de largeur pour 2m45 de hauteur?
    Et deuxième question, sur cette cloison je vais y intégrer des briques de verre, pour créer une entrée de lumière naturelle dans ma chambre, peu ajourée. il y en aura 20 au total, poser par 2 verticalement sur l’horizontalité du mur. Côté salle de bien, je compte carreler tous les murs dont celui là. Penses vous que des briques de verre 19x19, 8 cm de large posées sur un mur de 7 cm avec sur un côté carrelé, ça pourrait passer? Merci d’avance pour votre réponse. Ronan

  54. michel dit :

    Bonjour, avez vous des reponses sur la toxicité de ce matériau?

  55. michel dit :

    Concernant la renovation d une maison en beton cellulaire, existe t il des difficultés pour la pose de baies en double vitrages pour remplacer les simples?

  56. Karima dit :

    Bonjour,
    Je souhaite réorganiser la terrasse (30M²) de mon appartement en longueur, le sol est en dalles de béton sur plot, je souhaite y aménager des bancs (des salons de jardin) en BC /bois avec et derrière des bacs pour acceuillir mes arbustes et plantes env 40cm de largeur et sur presque toute la longueur (sous ses bacs je pourrait y mettre des aménagements recevants les outils ustensiles etc et je souhaitais faire aussi une petit coin cuisine extérieur (2.5m de longueur) si vous avez des plants des idées je vous remercie pour bien vouloir me les transmettre
    Bien à vous
    Karima

  57. BeltaneStitch dit :

    Bonjour,
    Dans le cas d une cuisine, on fixe les charnières directement dans le béton ? avec ou sans chevielle? ou faut il prevoir l incorporation d un cadre en bois ?
    merci becaucoup pour toutes ses infos.

  58. dubrou dit :

    bonsoir je voudrais construire une piece de 9 metre carre sur une dalle faites avec du siporex de 65 par 25 par 20 dont un mur avce porte et petite fenetre faut til mettre du siporex dangle avec trou pour y mettre feraille et beton et que faut il faire poiur le chainage et pour y mettre un toit 2 pentes que prendre merci bien

  59. roger dit :

    Bonjour,
    J’aimerai faire un hammam dans mon sous-sol avec du beton cellulaire.
    Qu’en pensez vous ?

  60. Nar dit :

    quelles sont les solutions pour construire une maison en béton cellulaire qui résiste dans les zones sismique?

  61. OJEDA dit :

    Bonjour, Actuellement j’ai une terrasse carrelée et j’aurai voulu savoir quel était la facon de costruire
    un muret de 110 cm de hauteur sur 4m de longueur étant donné que le carrelage est lisse,
    ne faut-il pas faire un ancrage spécifique pour éviter le glissement. Merci de me répondre

  62. daoudal.lucette dit :

    ma maison set entierement en beton celluraire elle a 40ans depuis peu des traces d’humidite a l’interrieur sortes sur le bas des murs existe t il un produit exterieur pour empecher cette humidite moisi

  63. Lombard dit :

    Bonjour,
    Je viens d’acquérir un bien immobilier et je souhaiterais faire des modifications.
    Je voudrais supprimer ma véranda pour y faire une cuisine et au-dessus la salle de bain.
    Quelle conseil me donneriez-vous en sachant que je dois créer un mur en façade, y mettre un fer I ou H pour pourvoir monter au-dessus ma pièce supplémentaire.
    J’attends une âme charitable qui veuilles bien m’aider.
    En vous d’avance.
    Cordialement.
    Roger.

  64. Claire dit :

    dans pas longtemps j’attaque les travaux de la salle de bain, il faut un espace pour ma baignoire d’angle balnéo, se sera comme dans la photo avec la douche. super votre blog!

  65. Marie dit :

    Bonjour,
    Je dois transformer un haut de villa avec un toit-terrasse en appartement.
    Je compte créer un espace supplémentaire sur la moitié du toit-terrasse pour faire un salon couvert. Cet espace sera accolé à trois murs porteurs mais la charpente créée devra supporter un puits de lumière en tuiles de verre (2m2) en plus des tuiles canal provençales classiques. Faut-il prévoir un IPN sachant que le mur fera 4,7ML, qu’il supportera une pente à 30% et qu’il descendra de 3,25m à 1,72m de haut ? Et aussi, comme je suppose que le toit terrasse ne permettra pas de fixer l’arase de manière courante, quels sont vos conseils pour le faire svp ? Merci.
    Merci des conseils que vous saurez me donner en plus de tous ceux déjà fournis.

  66. magali dit :

    c’est vrai que c’est pas compliqué à faire, faut juste avoir beaucoup de patience et être accompagné par quelqu’un qui s’y connait

  67. fabian dit :

    bonjour,

    ayant construit une extension il y a 3 ans de 2,80 mt de large puis 5,50 de long en béton cellulaire avec coulage du béton + ferraillage de la ceinture dans les blocs en U, puis également les poteaux verticaux qui ont reçu le même traitement coulage du béton et ferraillage, ensuite j’ai réalisé une toiture plate en zinc d’ou la réalisation de cette plateforme a été faite avec des bastaings de 170 / 65 posé sur la largeur du bâtiment elle-même posé sur des sabots de liaison mais voila catastrophe ! À chaque changement de température surtout lors des grandes chaleurs j’ai des micros fissurations un peu partout en haut des murs d intérieur puis se referme le soir, d’où ma question pensez-vous qu’il est possible que le bois avec la chaleur se dilate ou ce rétracte tire de part et d autres sur le mur ce qui pourrait expliquer ce phénomène je serais heureux que vous puissiez me donner vos avis et surtout vos conseils seront les bienvenues .

    salutations

  68. baquet dit :

    bonjour,je suis entrain d agrandir mon garage,j ai commencer en parpaing mais pour un débutant comme moi sait pas top,je voulais savoir si je pouvais mettre du beton cellulaire pour finir mon mur??merci

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *